Sections

Plus de 187 000 $ pour ralentir le processus du vieillissement


Publié le 29 septembre 2017

La vice-première ministre Lise Thériault, le président de SCF Pharma, Samuel Fortin, le recteur de l'UQAR, Jean-Pierre Ouellet et le président du créneau Ressources, sciences et technologies marines du Bas-Saint-Laurent, Gervais Proulx.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

PHARMACEUTIQUE. La vice-première ministre du Québec, Lise Thériault, a confirmé vendredi l'octroi d'une subvention de 187 423 $ à l'entreprise Samuel C. Fortin (SCF) Pharma de Rimouski, afin d'appuyer un projet visant à identifier des molécules issues de la mer permettant de ralentir le processus du vieillissement.

En termes scientifiques, le projet évalué à 630 443 $ permettra à SCF Pharma de bonifier sa plateforme de validation d'actifs marins nutraceutiques et pharmaceutique. Autrement dit, SCF Pharma s'intéresse aux molécules issues de la mer qui permettent de freiner le vieillissement. L'entreprise s'associe à l'Université du Québec à Rimouski pour comprendre les mécanismes fins du vieillissement.

« L'être humain n'est plus dans sa niche écologique d'antan, où on était sur le bord de la mer et on mangeait beaucoup d'oméga 3 et de sélénium. On veut essayer d'aider le corps à vieillir normalement et non pas vieillir plus rapidement. On peut penser à la peau, au cerveau, au bien-être… On peut penser à peu près à n'importe quoi qui fait qu'actuellement, le corps humain vieillit plus rapidement qu'il le devrait », précise Samuel Fortin.

Le projet cadre dans le créneau d'excellence Ressources, sciences et technologies marines du Bas-Saint-Laurent. « Il y a beaucoup de chercheurs impliqués ici, à l'université, mais aussi il y a les entreprises. On a vraiment décidé de regrouper des entreprises de Matane, Rimouski, Sherbrooke et Montréal. On met ensemble toutes nos ressources pour aller plus vite. On fait un consortium d'entreprises et on est allé voir le spécialiste, le professeur (Pierre) Blier, qui va nous aider à développer les meilleurs modèles pour être capable de mettre des produits sur le marché rapidement », ajoute M. Fortin.

Possibilités de développement

SCF Pharma compte mettre en marché, d'ici deux ou trois ans, des produits qui permettent de moduler le processus du vieillissement. L'entreprise, qui développe aussi des produits pour contrer l'inflammation, détient une quinzaine de brevets à travers le monde et a l'exclusivité jusqu'en 2028.

Selon la ministre Thériault, la région peut se positionner de façon avantageuse dans ce créneau de développement. Elle est d'avis que Rimouski peut en profiter sur le long terme. « Le monde est en constante transformation. Est-ce qu'un jour il peut y avoir une usine à Rimouski pour faire travailler les gens ? La réponse est oui. Quand on a des chercheurs, qu'on est tout près des études cliniques et qu'après c'est la mise en marché, pourquoi déplacer quelque chose quand on l'a ici et que ça peut bien aller ? », dit-elle.