La fonderie de Mont-Joli passe aux mains d'Hitachi Construction Machinery

Pas de changement en vue à court terme


Publié le 29 mars 2017

Environ 200 travailleurs sont à l'emploi de la fonderie de Mont-Joli.

©Photo TC Media - archives

TRANSACTION. La compagnie australienne Bradken, qui exploite une fonderie à Mont-Joli, est passée officiellement aux mains de Hitachi Construction Machinery (HCM), en mars.

En octobre dernier, le conseil d'administration de Bradken avait recommandé à l'unanimité aux actionnaires d'accepter l'offre de la compagnie japonaise, qui totalise tout près de 600 M$.

Le groupe Hitachi Construction possède déjà des fonderies et est actif dans le domaine minier.

Jean-François Kirallah

Le groupe HCM est le troisième fabricant d'équipements de construction au monde. Son chiffre d'affaires consolidé atteint plus de 6 milliards de dollars américains, et comprend 73 sites d'affaires dont 35 sites de production. Le groupe emploie 22 000 employés dans le monde.

À court terme, la direction de la fonderie de Mont-Joli n'entrevoit pas de changement, et anticipe plutôt le meilleur. « C'est juste du bon pour nous. Le groupe Hitachi Construction possède déjà des fonderies et est actif dans le domaine minier parce qu'ils ont des équipements. C'est intéressant » relève Jean-François Kirallah, directeur des ressources humaines de la fonderie Bradken dont le nom n'est pas appelé à changer.

M. Kirallah confirme par ailleurs la mise à pied d’une vingtaine de personnes  à compter du 2 avril et ce pour environ quatre semaines en raison d'un ralentissement saisonnier. « La production reprendra au début mai à sa pleine capacité » précise Jean-François Kirallah. Ce ralentissement n'a rien à voir avec la transaction, qui n'est pas la première dans l'existence de la fonderie spécialisée dans la fabrication de pièces de revêtement de blindage pour l'industrie minière, principalement en Amérique du Sud et aux États-Unis,

Fondée en 1908 par Henri Rouleau, la fonderie de Mont-Joli a changé de mains une dizaine de fois dans son histoire.

Plus gros employeur privé de Mont-Joli, cette industrie emploie quelque 200 travailleurs en plus d'une soixantaine de gestionnaires. En décembre dernier, la direction et le syndicat des métallos ont signé un nouveau contrat de travail de six ans.