Sections

Le dossier de Val-Neigette serait réglé une fois pour toutes

Publié le 5 mai 2018

Les amateurs de sports de glisse ont délaissé Val-Neigette peu à peu, ces 10 dernières années.

©Photo TC Media - Pierre Michaud

ENTENTE. Le dossier de la station de sports d’hiver Val-Neigette, à Rimouski, devrait se régler une fois pour toutes cette semaine, mais pas nécessairement dans le sens que ses usagers souhaiteraient.

La famille Dufour annonce qu’elle a réglé l’imbroglio sur les dettes de la station, environ 180 000 $, et qu’elle amorcera le démantèlement des installations au cours des prochains jours. C’est plus précisément Raynald Dufour, le père du dernier propriétaire, Mathieu, qui confirme la nouvelle à L’Avantage, refusant toutefois d’émettre des commentaires additionnels.

M. Dufour père, qui a racheté la station il y a neuf ou 10 ans et l’a ensuite cédé à son fils pour les quatre dernières années, apparaît très amer face au manque de soutien de la Ville de Rimouski en particulier et des usagers et organismes de développement économique en général.

Le huissier Pierre Blier, impliqué dans le dossier avec des collègues, confirme à L’Avantage qu’une offre de règlement a été déposée par la famille Dufour, mais que cette offre est conditionnelle au versement des sommes dans les prochains jours. On évite ainsi la saisie et la vente aux enchères des installations et équipements de Val-Neigette.

Visiblement, ce n’est qu’une question de jours avant que le télésiège soit démantelé et transporté par un acheteur situé en Ontario, selon les dires de M. Dufour. La valeur du télésiège devrait couvrir la dette. Le système d’enneigement artificiel et les canons à neige, tout comme les terrains et les bâtiments, seront probablement vendus également d’ici l’automne.

Toute cette saga mettra un terme à l’histoire de près de 60 ans de la station Val-Neigette, située dans le district Sainte-Blandine. Sans télésiège et sans tous ses autres équipements, la valeur de la station, qui est de 1,1 M$ sur l’évaluation municipale, sera réduite à une peau de chagrin.