Sections

Colombe Saint-Pierre lorgne la politique


Publié le 10 août 2018

Colombe Saint-Pierre s'exprime, entourée d'Harold LeBel et Jean-François Lisée.

©Photo L'Avantage - Pierre Michaud

MÉDAILLÉE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE. La cheffe cuisinière Colombe Saint-Pierre, du Bic, qui se voit décerner aujourd’hui la médaille de l’Assemblée nationale du Québec, lorgne la politique.

Harold LeBel et Jean-François Lisée présentent la médaille de l'Assemblée nationale à Colombe Saint-Pierre.
Photo L'Avantage - Pierre Michaud

C’est ce qu’elle a avoué lors de son allocution, à la suite d’une cérémonie où elle a été félicitée par un autre chef, celui du PQ, Jean-François Lisée, et le député sortant de Rimouski, Harold LeBel. La cheffe bicoise voit couronner ainsi une carrière de 15 ans comme restauratrice et bien davantage, mais surtout, ses énormes efforts de promotion de la cuisine artisanale et des produits du terroir.

Pour Colombe, la gastronomie, c’est politique. Elle défend bec et ongles les artisans du monde culinaire.

Harold LeBel

La cérémonie a eu lieu au Bic, devant le restaurant de Mme Saint-Pierre.
Photo L'Avantage - Pierre Michaud

« L’alimentation, à la différence d’autres sujets, dont ceux politiques, c’est quelque chose qu’on fait et vit tous les jours. La production qui est issue de notre terroir et du savoir-faire des gens d’ici doit absolument faire partie de nos priorités, au Québec. On doit encourager notre équipe. La proximité, l’accessibilité au produit sont importantes. Pour avoir participé à des événements internationaux, en gastronomie, je peux vous dire que le Québec- parce qu’on a une nature, un savoir-faire et des richesses uniques- fait énormément de jaloux. J’ai envie qu’on protège ça et qu’on développe ça pour qu’on puisse dire plus tard, partout dans le monde : « Heye, les Québécois, eux-autres ils l’ont l’affaire! » », lance Mme Saint-Pierre.

Politique alimentaire

Jean-François Lisée, qui vient tout juste d'arriver au Bic, fait la recontre de Colombe Saint-Pierre en présence du député sortant, Harold LeBel.
Photo L'Avantage - Pierre Michaud

Sur ce, l’auteur de ces lignes a fait remarquer à Mme Saint-Pierre qu’elle serait recrutée par M. Lisée. « Je peux vous faire une annonce assez officielle. Avec mon expérience, j’essaie de faire la preuve qu’une politique alimentaire solide avec des fondations stables est possible. Je n’en suis pas encore au bout, mais d’ici une dizaine d’années, je crois bien que je n’aurai pas le choix de faire un peu de politique pour faire avancer cette question. » Ce à quoi M. Lisée a rétorqué : « Bien, c’est une bonne nouvelle. On sera là pour vous souhaiter la bienvenue. »

Défis

Harold LeBel, Virginie Proulx (conseillère du Bic), Colombe Saint-Pierre, Jean-François Lisée et le maire de Rimouski, Marc Parent, alors que la personnalité du jour vient de recevoir un tableau, un hommage rendu par le Comité culturel du Bic.
Photo L'Avantage - Pierre Michaud

« Nous savons que les restaurateurs et les artisans-transformateurs sont aux prises avec de grands défis. Nous en avons parlé ensemble. Nous comptons les appuyer ici, à Rimouski, et partout au Québec. Un gouvernement du PQ va faire en sorte que les permis provenant du ministère de l’Alimentation et de la Société des alcools soient adaptés aux réalités des restaurateurs qui opèrent en haute saison seulement », a poursuivi le chef du PQ. « Pour Colombe, la gastronomie, c’est politique. Elle défend bec et ongles les artisans du monde culinaire afin qu’ils puissent obtenir une reconnaissance des gouvernements », ajoute le député LeBel.

La conseillère municipale Virginie Proulx lui a remis une peinture au nom du Comité culturel du Bic. « Nous voulons rendre hommage à Colombe depuis longtemps et nous cherchons un moyen de le faire. Vous avez été plus rapides que nous », a expliqué le maire, Marc Parent, à MM. Lisée et LeBel.