Sections

Dépôt d’une couronne en la mémoire du lieutenant Jean Brillant


Publié le 10 août 2018

L’adjudant-chef (retraité) Jean-Louis Dionne; CD, des Fusiliers du Saint-Laurent, messieurs Simon et Laurent Raiche; Camille Brillant et Lise Labrie; le capitaine Yves Roy, CD et le sergent Christian Plante, CD, du Royal 22e Régiment. Carole Raiche n’apparaît pas sur la photo.

©Photo gracieuseté

100E ANNIVERSAIRE. En présence des membres de sa famille, une couronne a été déposée ce vendredi 10 août au Mémorial des anciens combattants à Rimouski afin de souligner le 100e anniversaire de décès du lieutenant Jean Brillant, VC, MC.

Jean Brillant est né à Routhierville, alors appelé Assemetquagan, le 15 mars 1890. Il était le fils de Joseph Brillant et de Rose de Lima Raiche de Bic et frère de Jules A. Brillant. Il fit ses études au Collège Saint-Joseph, N.-B., puis au Séminaire de Rimouski. Dès sa jeunesse, il se porte volontaire au 89° régiment Témiscouata-Rimouski. Il fut télégraphiste à la gare de Bic.                                                                    

En 1916, il joint le 189° bataillon d'infanterie du Corps expéditionnaire canadien. Le 28 septembre 1916, il s'embarque pour l'Angleterre et joint le 22° bataillon le 27 octobre en France.

Le 8 août 1918 à l'est de Méharicourt en France lors de la bataille d'Amiens, Jean Brillant prit d'assaut seul, une mitrailleuse qui faisait feu sur le flanc gauche de sa compagnie et tua les deux mitrailleurs. Malgré sa blessure au bras gauche, il refusa de quitter son poste et fut au combat dès le lendemain. Cette fois-ci, il commanda deux pelotons lors d'un combat à la baïonnette et à la grenade où il captura 15 mitrailleuses et 150 prisonniers. Il fut de nouveau blessé, cette fois à la tête, mais refusa de nouveau de quitter son commandement. Peu après, il mena une charge vers une pièce d'artillerie de quatre pouces qui faisait feu sur son unité. Durant cette charge, il fut atteint à l'abdomen par des éclats d'obus, mais il continua d'avancer jusqu'au moment où il tomba inconscient. Il fut transporté à un hôpital de campagne où il s'accrocha à la vie pour quelques heures avant de mourir le lendemain, le 10 août 1918.

Pour ce zèle dans l'accomplissement de son devoir, il reçut la Croix de Victoria, la plus haute décoration britannique, à titre posthume le 27 septembre1918. Il reçut plus tôt la Croix Militaire pour bravoure au combat.

Le lieutenant Brillant est inhumé dans le cimetière militaire australien de Villers-Bretonneux à 15 kilomètres d'Amiens, France. En sa mémoire, une messe commémorative sera célébrée le 19 août, à l’église Sainte-Cécile-du-Bic à compter de 11 h. Les membres des familles Brillant et Raiche, les militaires, vétérans et légionnaires ainsi que la population sont invités.