Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 mai 2017

Un prix Citron décerné à l’hôpital régional de Rimouski

Le Centre hospitalier régional de Rimouski vient de recevoir le prix Citron 2017, remis par l’Association des groupes d'intervention en défense de droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ), en raison de l'augmentation de son recours aux électrochocs de 400 %, de 78 à 460, de 2014 à 2015, une hausse rapportée en 2016 par le Comité Pare-chocs.

Décerné à Lévis le 24 mai par l'AGIDD-SMQ, ce prix annuel est le résultat d’un vote populaire prenant fin le 12 mai, organisé à travers tout le Québec. « Plus de 600 personnes ont voté pour le « gagnant ». Bon an mal an, des centaines de personnes votent pour ces prix », explique Gorette Linhares, agente de communication pour l’association.

Le Centre hospitalier régional de Rimouski est passé de 78 électrochocs en 2014 à 460 en 2015, une augmentation de 400 % signalée par le Comité québécois Pare-Chocs, qui avait rapporté avec inquiétude cette situation touchant particulièrement le Bas-Saint-Laurent en mai 2016. TC Media avait obtenu une réponse du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent. Le Dr Roger Turmel, psychiatre-conseil à la direction de la Santé publique au Centre de Santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, avait alors expliqué que deux facteurs étaient à l’origine de cette augmentation. Les explications des deux parties se trouvent dans ce texte.

Les deux autres candidats au prix étaient le Centre hospitalier de la Baie-des-Chaleurs ainsi que l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, tous deux pour des pratiques irrespectueuses liées aux mesures de contrôle, selon  l’AGIDD-SMQ. « 400 % d’augmentation en une année pour une mesure très controversée, et qui devrait être utilisée qu’en dernier recours, c’est très questionnant », d’expliquer Caroline Cimon-Dick, directrice du groupe de promotion et de défense des droits en santé mentale du Bas-Saint-Laurent, PLAIDD-BF.

Doris Provencher, directrice générale de l’AGIDD-SMQ qualifie cette hausse d’inacceptable en affirmant que le rapport du rapporteur spécial de l’ONU contre la torture demande à tous les États, dont le Canada et le Québec, de prononcer l’interdiction absolue de toutes les interventions médicales forcées incluant les électrochocs.

Une gagnante pour le prix Orange

Un prix Orange, remis aux candidats qui se sont illustrés, au cours de l’année 2016, pour le respect des droits des personnes vivant un problème de santé mentale a également été décerné, remporté par Madame V. pour son combat à faire reconnaître la discrimination en emploi qu’elle a vécue.

Monsieur Robert Salois était aussi candidat au prix Orange pour l’ensemble de son œuvre à titre de Commissaire à la santé et au bien-être, plus particulièrement pour ses positions touchant à la santé mentale. La troisième candidature au prix Orange était celle des signataires de la lettre d’opinion «La psychothérapie n’est pas un luxe», soit Charles-Albert Morin, détenteur d’une maîtrise en études internationales, David Levine et Michael Sheehan, co-porte-parole du Collectif pour l’accès à la psychothérapie, et Madame Christine Grou, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec.

Depuis 1996, l'AGIDD-SMQ décerne ses prix Orange et Citron. C'est une façon concrète et originale de démystifier « la folie » tout en permettant aux personnes de s'approprier un certain droit de regard sur notre société qui trop souvent les marginalise, peut-on lire sur le site Web de l’AGIDD-SMQ.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média