Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 juin 2017

Les sociétés d'exploitation des ressources de la Métis et de la Neigette se regroupent

©Photo TC Media - archives

ÉCONOMIE. Les actionnaires de la Société d'exploitation de la Métis et de la Société d'exploitation de la Neigette ont accepté à l'unanimité le projet de fusion présenté par la direction en assemblée générale, lundi et mardi.

« Depuis l'été dernier que l'on travaille sur ce projet. Les difficultés que l'on connaît dans le secteur de la forêt, les baisses de budget  lié à la forêt privée et le fait que nous partageons le même territoire public nous ont incités à prendre cette direction » commente le directeur de la SER de la Métis, Joël Guimond.

©Photo TC Media - Sonia Lévesque

Joël Guimond, directeur de la SER de la Métis.

Nos deux organisations se portent très bien. On veut développer davantage d'autres créneaux et le moyen d'y parvenir est d'augmenter notre force de frappe. -Joël Guimond

M. Guimond est toutefois catégorique : « Nos deux organisations se portent très bien. On veut développer davantage d'autres créneaux et le moyen d'y parvenir est d'augmenter notre force de frappe » dit-il. Parmi ces voies d'avenir, il cite l'acériculture ainsi que la 2e et 3e transformation. Les deux sociétés, fondées en 1974, sont déjà actives à ce chapitre. La SER de la Métis est propriétaire d'une scierie (tremble) à La Rédemption tandis que la SER de La Neigette possède des parts dans une scierie de Saint-Fabien.  

«  Nous allons être mieux outillés pour réaliser nos projets. En fusionnant, on se donne aussi un plus grand pouvoir de négociation des prix. C'est une fusion égalitaire qui va permettre de développer nos collectivités et de pouvoir compter sur une main d'œuvre de qualité » poursuit le directeur général de la SER de la Métis.

Son collègue Bernard Ouellet, directeur général de la SER de la Neigette renchérit : « On s'assure d'une masse critique nécessaire pour que nos entreprises restent en bonne santé. On partage les mêmes territoires, les mêmes bassins d'employés. En faisant une fusion, on assure aussi une pérennité à notre service de forêt privée qui aurait été fragilisé autrement » soutient M. Ouellet.

Le nouveau regroupement, qui portera le nom de Groupement forestier Métis-Neigette, sera constitué le 1er février 2018. Les deux organisations réunissent 2000 propriétaires actionnaires et emploient environ 150 travailleurs pour une masse salariale de 3 M$.

Il n'y aura pas de coupures e poste, assurent les deux directeurs. « Nous étions déjà à effectifs réduits. Ce que l'on peut entrevoir, ce sont des changements de rôle. Même sans fusion, nous envisagions des changements à notre structure, ce qui n'implique pas de coupures de postes » indique Joël Guimond. « On a suffisamment de développement à faire pour garder notre monde » poursuit Bernard Ouellet.

Les SER de la Métis et de La Neigette ont réalisé un chiffre d'affaires de près de 6 M$ et de 8,5 M $ respectivement au cours de la dernière année.

L'endroit où sera située l'administration sera décidée dans une réunion ultérieure du nouveau conseil d'administration. La SER de la Métis est basée à Saint-Gabriel et sa voisine, à Trinité-des-Monts.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média