Carrières dans votre région Guide restoÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

02 septembre 2017

Le Parti québécois propose un plan pour un meilleur accès aux soins de santé

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

Alors que prend fin le caucus de la rentrée de l’aile parlementaire du Parti Québécois, les députés de l’Est-du-Québec, dont le député de Rimouski, Harold LeBel, et celui de Matane-Matapédia-Mitis, Pascal Bérubé, explicitent quelques-unes des orientations prises en matière de santé par le PQ dans son plan d’accès aux soins de santé.

Le député de Rimouski, Harold LeBel, estime que les réformes libérales de structures et les hausses qu’il qualifie de faramineuses de la rémunération des médecins n’ont pas du tout amélioré l’accès aux soins pour les patients et qu'il faut le modèle et décloisonner le système de santé québécois. « Il s’agit de donner plus d'autonomie et de responsabilités aux infirmières, infirmiers et autres professionnels de la santé afin d'améliorer l'accès aux soins pour tous les Québécois. Le modèle ontarien est d’ailleurs beaucoup plus avancé et permet de faire de réel changement dans les communautés grâce aux cliniques sans médecin, par exemple. Il faut s’en inspirer ! », a déclaré Harold LeBel.

Du côté de Matane-Matapédia-Mitis, le député Pascal Bérubé pense qu’il faut geler l’enveloppe de rémunération des médecins jusqu’à ce que la rémunération globale se rééquilibre autour d’une norme québécoise tenant compte de la part de la richesse que la société consent à verser à ses médecins. « Cette économie d’argent pourra donc être réinvestie dans un meilleur accès aux soins. Pour le Parti Québécois, les patients doivent être au cœur des choix budgétaires », a souligné M. Bérubé.

Trois autres députés de l’Est-du-Québec, Lorraine Richard (Duplessis), Sylvain Roy (Bonaventure) et Martin Ouellet (René-Lévesque), abondent dans le même sens.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard explique que le PQ a l’intention de faire en sorte que les Québécois aient accès à des services les soirs et les fins de semaine : « Nous allons nous assurer que les soins de première ligne sont accessibles au moment où les patients en ont vraiment besoin. Nous garantirons un accès de proximité, à une IPS ou à un médecin, jusqu’à 21 heures. Et nous mettrons fin au ping-pong des médecins entre le système public et le privé »

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, se dit heureux de constater que le plan du PQ a été salué par la Fédération des infirmières du Québec (FIQ). « Selon sa présidente, Régine Laurent, la solution péquiste représente « le gros bon sens ». On ne peut en dire autant avec la CAQ. On va donc continuer à travailler dans ce sens et travailler fort pour faire connaître nos objectifs auprès de tous les Québécois et Québécoises »

Martin Ouellet, député de René-Lévesque, indique que l’équipe santé du Parti Québécois, composée des députés Diane Lamarre, Sylvain Pagé et Dave Turcotte, sillonnera les régions du Québec au cours des prochains mois afin de faire connaître ses propositions et de discuter avec les acteurs du milieu quant aux meilleures façons de déployer le plan.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média