Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élection municipale

Retour

09 novembre 2017

30 % de femmes élues dans La Mitis

REPRÉSENTATION. À l'issue des élections municipales, 30 % des élus des municipalités qui forment la MRC de La Mitis sont des femmes.

Quatre d'entre elles, soit le quart du conseil des maires de La Mitis, siègent à la mairie : Maïté Blanchette-Vézina à Sainte-Luce, Carolle-Anne Dubé à Métis-sur-Mer, Sonia Bérubé à La Rédemption et Gitane Michaud à Saint-Charles-Garnier.

La palme revient à Sainte-Flavie, Sainte-Angèle-de-Mérici et Sainte-Luce où les femmes sont représentées en plus grand nombre que les hommes avec un taux de 57 %. Ce pourcentage pourrait augmenter dans cette municipalité si Nathalie Pelletier était élue après recomptage judiciaire ou tirage au sort (même nombre de voix que son adversaire Gaston Rioux). En plus de la mairesse Blanchette-Vézina, on compte présentement trois conseillères. À Sainte-Flavie et Sainte-Angèle-de-Mérici, quatre des six postes de conseiller sont occupés par des femmes.

Le taux de représentation féminine atteint 42,8 % à La Rédemption, Métis-sur-Mer, Price et Saint-Octave-de-Métis. Dans le cas de La Rédemption et de Métis-sur-Mer, en plus de la mairesse, deux des six conseillers sont des femmes. À Price et Saint-Octave-de-Métis, on compte autant de femmes que d'hommes dans les sièges de conseiller.

Deux conseillères ont été élues à Padoue ainsi qu'à Saint-Joseph-de-Lepage alors qu'on en compte une seule à Mont-Joli, Saint-Donat, Sainte-Jeanne-D'Arc et Saint-Gabriel. Une seule élue également à Les Hauteurs, il s'agit de la mairesse Gitane Michaud.

Saint-Charles-Garnier présente un conseil municipal entièrement masculin.  

Bas-Saint-Laurent

Au Bas-Saint-Laurent, seulement 19 % des élus de la région sont des femmes. Une situation que déplore le député de Rimouski, Harold LeBel.

 « Nous sommes très loin de la parité hommes et femmes, il faut davantage se questionner à ce sujet, car nos communautés doivent pouvoir compter sur la vision des femmes, accueillir leurs projets et entendre leurs propositions. Notre avenir se conjugue aussi au féminin, il ne faut pas l’oublier » faisait savoir plus tôt cette semaine M. LeBel.

« Souvent la peur de solliciter le même siège qu’une autre personne ou encore la crainte de ne pas être à la hauteur peuvent freiner certaines femmes à se présenter » expliquait la présidente de la Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent, Lucie Brault, lors d'une activité visant à encourager les femmes à oser se lancer en politique municipale, en septembre dernier. « Les témoignages d’éluEs le démontrent, l’expérience de la politique municipale s’acquiert sur le terrain » disait-elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média