Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mai 2017

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

La nouvelle exposition sur L'Empress of Ireland inaugurée à Rimouski

EMPRESS OF IRELAND. Le Site historique maritime de la Pointe-au-Père proposera « Empress of Ireland : l’histoire continue » dès le 10 juin, une exposition sur le naufrage du paquebot complètement revampée et agrémetée de nouveautés.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Marc Parent, Serge Guay et Laurent-Michel Tremblay, concepteur de l’exposition

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Une nouvelle qcuistion au Musée : les lettres de poupes du navire, récupérées par Dany St-Cyr et Pierre Lepage après une centaine de plongées.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le décompte des 14 minutes qu,a duré le naufrage est illustré par 14 hublots contenant chacun un artefact significatif du naufrage.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le Musée l'Empress of Ireland abrite près de 200 artefacts tirs du transatlantique qui a coulé le 29 mai 1914.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le Musée Empress of Ireland se prépare à ouvrir son musée le 10 juin.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Des bornes pour enfants ont été placées un peu partout dans le musée.

Le Musée Empress of Ireland, anciennement appelé « Musée de la mer », a été agrandi pour laisser place à une exposition multimédia des 200 artefacts récupérés sur le paquebot qui a fait naufrage le 29 mai 1914. Le musée fait désormais 3800 pieds carrés, un projet de plus de 1,8 M$ réalisé grâce au soutien majeur de la Ville de Rimouski et des ministères du Tourisme et du Patrimoine Canadien, explique Serge Guay, directeur général du Site historique maritime de la Pointe-au-Père. L'exposition est conçue comme une remontée dans le temps, débutant par l’histoire des plongées sur l’épave. Plusieurs nouveautés y ont été ajoutées, entre autres, une maquette de 12 pieds reproduisant l’état actuel de l’épave, à 140 pieds sous la surface. « Nous avons fait une acquisition majeure inestimable, les lettres de poupe du navire, récupérées par Dany St-Cyr et Pierre Lepage », explique Serge Guay.

L’exposition a été conçue et installée en une année par une équipe d’une vingtaine de personnes. La nouvelle partie est construite aux dimensions de la largeur du navire, soit 65,5 pieds et le bâtiment est incliné pour rappeler que le navire s’est couché sur son côté tribord », explique Raphaël Cousineau, chargé de projet au site historique. Il ajoute que le tarif de l’exposition a été maintenu.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Raphaël Cousineau, chargé de projet au site historique

Le maire de Rimouski, est revenu sur l’historique du Musée en rappelant que c’est en 1989 que Serge Guay est arrivé sur le site et qu’il a décidé de prendre en main le futur du Musée de la mer. « Il y avait près de 10 000 visiteurs par année. En 1998, l’effet « Titanic » a apporté 33 000 visiteurs. En 2000, à l’ouverture de la nouvelle salle de projection et de la nouvelle exposition, l’achalandage a grimpé à 43 000 visiteurs. En 2009, le projet Onondaga a permis d’accueillir 92 000 visiteurs. En 2014, l’année du centenaire du naufrage, 65 000 visiteurs ont franchir les portes du Musée. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média