Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

28 février 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Un budget encore loin des attentes, selon Guy Caron

©Photo gracieuseté

BUDGET 2018. Le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Guy Caron estime que les attentes créées par le gouvernement libéral en marge du dévoilement de son budget n'ont pas été comblées.

M. Caron déplore une baisse des investissements en infrastructures, dans un budget déficitaire de 18,1 G$. Selon lui, les régions sont perdantes puisque cette diminution survient dans un contexte où les besoins sont grandissants.

« Faire un déficit n'est pas une mauvaise chose si on peut avoir un rendement sur l'investissement. Il faut se rappeler que l'objectif initial était d'investir dans les infrastructures. On constate qu'il y a une diminution des montants qui seront investis en infrastructures et pourtant, un déficit qui continue de s'accumuler », indique Guy Caron.

Port de Rimouski

Le budget de 2018 propose de verser 250 M$ sur deux ans à Pêches et Océans Canada pour rénover son réseau de ports pour petits bateaux et travailler avec les municipalités pour en améliorer l'état. Guy Caron salue cette mesure. Sans toutefois avoir la certitude des sommes qui seront investies à Rimouski, il s'agit d'un pas dans la bonne direction. M. Caron a bon espoir que la Ville pourra négocier pour obtenir la mise à niveau en échange d'une rétrocession éventuelle.

« Ça fait un bon bout de temps qu'on attend ça. La Ville de Rimouski négocie avec Pêches et Océans depuis trois ans, mais il n'y avait jamais d'argent de budgété pour la mise à niveau, par exemple, de la marina de Rimouski. J'ai bien hâte de voir la conclusion de ce dossier qui traîne en longueur depuis longtemps. On espère toutefois voir un prolongement du brise-lame, parce que la jetée ouest dépend de Transports Canada, tout comme le quai de Matane, et il n'y a aucun investissement de prévu pour la mise à niveau de ces installations et leur transfert éventuel au Québec », souligne M. Caron.

Le député dit avoir hâte de connaître les modalités concernant les nouvelles mesures en assurance-emploi, alors que des sommes sont prévues en formation. La question du Trou noir demeure entière. « Le problème des employés du Trou noir, ce n'est pas qu'il sont mal formés. Ils sont formés pour un emploi saisonnier. Est-ce qu'on va les reformer pour qu'ils sortent de cet emploi pour qu'ils aillent ailleurs? Ça ne règle pas le problème parce que ces gens devront être remplacés dans nos industries saisonnières. »

Quant à l'annonce d'investissement pour Internet haute vitesse dans les milieux ruraux, Guy Caron émet des doutes quant à la fiabilité de la technologie par satellites proposée et estime que cette mesure touchera surtout des secteurs plus isolés, comme le Nord canadien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média