Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

22 août 2018

Un Canadien sur quatre reconnaît ne pas être en santé

Voilà une question qui interpellera bien des gens. Quant à les amener à une meilleure façon de vivre, il faudra attendre le prochain sondage pour en savoir les résultats.

Applications en ligne, entraînement à domicile, accès à de l'information à jour sur l'alimentation… les Canadiens ont plusieurs outils en main pour mener une vie plus saine. Pourtant, environ le quart (24 %) des répondants à un sondage publié aujourd'hui par Desjardins ne croient pas être en bonne santé physique.

Conscient que la prévention et la sensibilisation sont importantes pour vivre en santé, Desjardins appuiera la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et la Société canadienne du cancer au cours des trois prochaines années.

Des freins à l'activité physique et une alimentation équilibrée

La santé repose en grande partie sur l'activité physique et l'alimentation. Même si le pourcentage de Québécois qui croient ne pas être en bonne santé physique est moins élevé que la moyenne canadienne (17%), plus du tiers (34 %) ne pratiquent pas d'activités physique de façon régulière. Parmi ceux qui affirment que leur activité physique est faible ou passable, plus de la moitié (56 %) sont des femmes.

Plus d'un Québécois sur cinq faisant de l'activité physique (21 %) soulignent que les coûts (programmes, équipement, inscriptions et cours) les obligent à d'importants sacrifices dans leur budget.

Quant à l'alimentation, les experts indiquent que réduire la consommation d'aliments transformés et limiter les portions contribuent à une bonne santé. Un répondant sur cinq reconnaît toutefois ne pas manger d'aliments frais régulièrement. De plus, près de 30 % ne surveillent pas leurs portions, et 23 % indiquent qu'il leur arrive fréquemment de trop manger pour se remonter le moral.

Comme pour l'activité physique, les coûts entrent aussi en jeu. Ainsi, 44 % des répondants font des compromis pour arriver à intégrer les coûts de leurs habitudes alimentaires dans leur budget.

Un appui de Desjardins à deux alliés essentiels

Pour aider davantage les Canadiens à voir comment la prévention peut les aider à être en santé, Desjardins s'est allié à la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et à la Société canadienne du cancer. Au cours des trois prochaines années, Desjardins donnera plus d'un million de dollars aux programmes suivants :

  • Cœur + AVC - Fonds des découvertes : Ce fonds a été créé pour établir un réseau de donateurs et stimuler la recherche novatrice et son incidence potentielle sur la santé de la population.  Par exemple, des travaux ont mené à la découverte d'un médicament pouvant protéger le cerveau des lésions causées par un AVC. Des efforts visent aussi à prévenir et à mieux comprendre la DSAC, une affection méconnue causant une crise cardiaque chez des jeunes femmes en bonne santé.
  • Société canadienne du cancer - C'est ma vie! : La recherche indique qu'il est possible de prévenir environ la moitié de tous les cancers. La SCC s'emploie à concrétiser cet objectif en proposant C'est ma vie!, un outil interactif fondé sur des données probantes. Il renseigne les gens sur les facteurs de risque modifiables par de simples changements qui peuvent contribuer à réduire leur risque personnel de cancer.

« La Société canadienne du cancer est heureuse d'accueillir Desjardins à titre de partenaire en matière de prévention et de commanditaire principal de notre outil interactif en ligne C'est ma vie! Alors qu'on prévoit que près d'un Canadien sur deux recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie, il est plus important que jamais pour les gens d'agir afin de réduire leur risque de développer cette maladie. Des gestes comme bien manger et faire des choix plus sains ont une grande importance pour demeurer sur la voie d'une excellente santé à tout âge. » - Lynne Hudson, présidente et chef de la direction, Société canadienne du cancer

Le sondage en ligne a été mené en mars 2018 auprès de 2 964 personnes au Canada.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média