Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

24 septembre 2018

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Deux marins sauvés dans les pires conditions

PASSAGERS SAUVÉS

Récif de la pointe à Pouliot.

©Photo : Charles Lepage - L'Avantage Rimouski

Le récif où le voilier s’est échoué à la hauteur de la pointe à Pouliot à Pointe-au-Père. Il a été récupéré depuis l’incident.

Des vagues de trois mètres accompagnées de bourrasques à plus de 100 km/h ont éprouvé les deux marins qui prenaient place à bord d’un voilier Tanzer 22 de 22,5 pieds échoué sur un récif près de la pointe à Pouliot tout comme l’équipe de quatre volontaires de la Garde côtière canadienne venue à leur secours vendredi soir à la hauteur de Pointe-au-Père.

Pompier volontaire à Métis-sur-Mer, Ted Savage est le directeur national des communications et commandant de la Garde côtière auxiliaire canadienne pour l’Est-du-Québec. Il était un des intervenants assignés à toutes interventions pouvant se produire durant cette tempête sur le fleuve.

« Le Centre de sauvetage à Québec m’a appelé vers 18 h 30 pour signaler qu’un voilier ne suivait plus son plan de route. Avec des vents soufflant à près de 50 nœuds (plus de 100 km / h) qui dépassaient de beaucoup nos limites, j’étais loin de me douter que quiconque puisse être en mer dans de pareilles conditions. Nous n’avions pas d’autres options que d’aller les aider. Il était impossible d’utiliser un bateau plus important dans cette zone en raison de la faible profondeur de l’eau du secteur. Nous avons discuté de la situation. »

« C’était des conditions affreuses que je n’ai jamais expérimentées moi-même. Le bateau « Le Rimouskois » a été fabuleux. Une soirée difficile, mais j’avais l’équipe parfaite pour ça ! » -Ted Savage

Mayday – mayday

Vendredi, la météo était déchaînée à ce moment-là avec des vents très violents, des arbres tombés, des pannes d’électricité… « En route vers Rimouski, j’ai reçu plusieurs appels « may day – may day ». Apprenant que l’équipage, un homme et une femme de Rimouski, était en détresse, moi et mon équipe de trois autres sauveteurs avons utilisé un bateau zodiac de sauvetage de 26 pieds acquis il y a quelques années par la Ville de Rimouski et amarré à la marina. Heureusement, les navigateurs ont bien fait en tentant de s’approcher le plus possible de la marina. Malheureusement, les vents étaient si forts, les voiles étaient déchirées, le moteur a lâché et finalement, le voilier a été projeté par un vent du sud sur un important récif en forme de fer à cheval, près de la rive, entre la marina de Rimouski et Pointe-au-Père », confirme M. Savage.

Arrivés sur place, les sauveteurs constatent que le voilier est cassé en deux, complètement détruit, les deux passagers sont sur le récif accrochés au mat, les vagues sont très importantes et la marée est montante. Il fait noir et ils sont vraiment en péril.

« C’était très dangereux pour nous aussi, presque impossible de garder notre position et de leur passer une ligne de survie. Après 1 h 15 d’opération, nous avons réussi à les tirer tous les deux vers nous, malheureusement la dame a lâché la ligne et elle a été portée par les vagues et les vents dans la mer. Nous avons récupéré le monsieur, après ça il a fallu deux heures de travail pour trouver la dame et tenter d’accéder à sa position à partir de la terre avec des pompiers, chose qui s’est avérée impossible. Elle était debout sur la dernière partie du récif, presque submergée par la marée montante. On a appelé un hélicoptère de la Nouvelle-Écosse qui était en route et on a eu l’assistance d’un bateau de la Garde-Côtière qui n’a pu accéder au site à cause du peu de profondeur d’eau. La seule option c’était d’approcher le récif avec le canot de survie. Finalement, on a fait une approche et un membre de l’équipage lui a tendu la main pendant que les autres sauveteurs le retenaient, et on a réussi à la faire monter la dame à bord du zodiac. »

Ted Savage témoigne que ce sauvetage a été parmi les plus éprouvants vécu par tous. « Un travail d’équipe hors de l’ordinaire, personne n'a été blessé et personne n'est mort, et c'est un grand résultat. Nous en sommes très heureux ! »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média