Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

05 Janvier 2018

Le résultat des négociations de l'ALENA aura un impact dans La Mitis

PROJECTIONS. Selon le directeur général de la Société d'aide au développement de la collectivité de La Mitis, Patrick Otis, il faudra surveiller attentivement les résultats de la négociation de l'Accord de libre-échange américain (ALENA) avec les États-Unis en 2018.

La Mitis compte plusieurs entreprises spécialisées dans la transformation du bois. « Leur protectionnisme a déjà des répercussions sur l’économie de La Mitis. L’imposition de droits compensateurs antidumping de 20,83% n’est pas sans conséquence pour nos industriels de la transformation du bois. Si le Gouvernement du Québec réussit à démontrer que notre système forestier ne subventionne pas l’industrie forestière, nous pouvons espérer un avenir fort prometteur pour cette industrie. Heureusement, il y a actuellement une bonne demande pour le bois d’œuvre canadien aux États-Unis » souligne M. Otis.

©Photo gracieuseté

Patrick Otis

Innovation, formation de la main d'œuvre en entreprise, diversification des marchés, immigration et automatisation devront faire partie des solutions envisagées. -Annick Marquis

La négociation de l’ALENA touche également un autre secteur économique important dans La Mitis : l’agriculture plus spécifiquement la production laitière, fait aussi valoir Patrick Otis. « L’ouverture des marchés pourrait avoir de lourdes conséquences  pour plusieurs de nos entreprises laitières » estime le directeur général de la SADC de La Mitis.

Un point de vue que partage la directrice générale du Centre local de développement (CLD) de La Mitis, Annick Marquis. « Innovation, formation de la main d'œuvre en entreprise, diversification des marchés, immigration et automatisation devront faire partie des solutions envisagées par les entreprises pour diminuer leur vulnérabilité face à ces enjeux économiques » souligne madame Marquis.

©Photo TC Media - Sonia Lévesque

Annick Marquis

En revanche, l'avenir s'annonce prometteur pour l'industrie touristique, soutiennent les deux professionnels du développement économique. « L’allongement de la piste de l’aéroport de Mont-Joli et les départs vers le sud devraient avoir un impact positif sur l’achalandage, en hébergement et en restauration » est d'avis Patrick Otis. « Pour les entreprises exportatrices et l’industrie touristique, la valeur du dollar canadien continuera de donner des effets bénéfiques » ajoute Annick Marquis.  

Main-d'œuvre demandée

« Nous travaillons activement avec les intervenants socio-économiques pour trouver des idées et des projets innovateurs afin de favoriser la rétention de notre main-d’œuvre qualifiée et attirer des nouvelles familles » dit-il.

À cet égard, « La Mitis devra travailler à améliorer son attractivité globale », estime le directeur général de la Société d'aide au développement de la collectivité de La Mitis, Patrick Otis. « La relève entrepreneuriale qui se fait de plus en plus rare devra être soutenue et en encouragée à entreprendre. Nos entreprises devront se positionner sur le web et mettre en place des solutions e-commerce afin de poursuivre leur développement et ainsi profiter de cette forte tendance de consommation » ajoute M. Otis.

« Plusieurs beaux projets verront le jour dans notre secteur en 2018, la Chambre de commerce sera là pour promouvoir ces projets et s’assurer de leur réussite » relève en outre Benoit Roussel. Un optimisme partagé par la directrice générale du Centre local de développement de La Mitis, Annick Marquis, qui anticipe aussi « d’autres beaux projets d’investissement dans les entreprises mitissiennes pour 2018. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média