Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

10 octobre 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

La construction de logements tourne au ralenti dans l’Est

Construction rénovation

©Photo Depositphotos.com – akarelias

Contrairement à la construction, la rénovation résidentielle affiche une croissance pour les six premiers mois de 2018.

STATISTIQUES. Le nombre de mises en chantier dans l’Est-du-Québec pour le premier semestre de 2018 s’établit à 122 logements, ce qui représente une diminution de 37 % par rapport à la même période l’an dernier.

Tel est le constat de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), dans son plus récent Bulletin de l’habitation. Pour les six premiers mois de 2018, les mises en chantier d’appartements ont diminué de 85 %, tandis que celles de maisons individuelles ont augmenté de 22 % et celles de maisons jumelées et en rangée ont cru de 13 %.

« L’APCHQ constate que le ralentissement de l’activité dans la région s’explique par la diminution des mises en chantier d’appartements. En effet, leur nombre est passé de 107 au premier semestre de 2017 à seulement 16 à la même période cette année. Toutefois, les mises en chantier de maisons individuelles et de maisons jumelées ou en rangée ont connu une augmentation », soutient l’auteur principal de la recherche et directeur du Service économique de l’APCHQ, Georges Lambert.

L’Association remarque aussi une diminution de 3 % de la valeur des permis de construction au premier semestre. Par exemple, pour Rimouski, cela représente une valeur totale de 17,4 M$.

Rénovation en hausse

En ce qui a trait à la rénovation, une augmentation du nombre de permis et de la valeur des travaux, de l’ordre de 27 %, est constatée par l’APCHQ. La valeur des travaux déclarée pour les permis de rénovation délivrés au premier semestre de 2018 totalise 19,2 M$ pour Rimouski, 3,8 M$ pour Rivière-du-Loup et 3,2 M$ pour Matane. En somme, 80 % de la valeur des travaux de rénovation était pour les logements des propriétaires-occupants, comparativement à 20 % pour les immeubles locatifs, où logent près de 27 % des ménages de la région.

Deux constats émanent de ces données. « Premièrement, la rénovation résidentielle contribue à la prospérité des villes. Deuxièmement, du travail reste à faire pour inciter les propriétaires d’immeuble locatif à rénover. Selon l’APCHQ, il serait intéressant de rendre permanent le programme RénoVert et de mettre en place un programme spécifique pour le secteur locatif, ce qui aiderait l’économie québécoise, mais également l’environnement par l’amélioration de l’efficacité énergétique des immeubles, et du même coup le confort des résidents », ajoute M. Lambert.

À l’échelle québécoise, 19 317 mises en chantier de logements sont enregistrées pour les six premiers mois de l’année. Cela représente une croissance de 18 % par rapport à la même période l’an dernier. Les logements locatifs ont connu la plus importante hausse, soit 37 %.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média