Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

11 Octobre 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Pour des communautés mieux adaptées aux aînés

Pour des communautés mieux adaptées aux aînés

©MRC de La Mitis

La chargée de projet MADA dans La Mitis, Catherine Aubut.

La MRC de La Mitis et une douzaine de localités du territoire entreprennent une démarche dans le but d’obtenir la reconnaissance Municipalité amie des aînés (MADA).

La démarche MADA vise principalement à adapter les infrastructures et les services afin de mieux répondre aux besoins des plus de 50 ans, améliorer leur qualité de vie et leur permettre de demeurer dans leur communauté le plus longtemps possible. Sept municipalités en sont à leurs premiers pas dans la démarche MADA. Il s’agit de Grand-Métis, La Rédemption, Padoue, Sainte-Angèle, Sainte-Jeanne-d'Arc, Saint-Joseph-de-Lepage et Saint-Octave. Les cinq autres, Les Hauteurs, Mont-Joli, Saint-Charles-Garnier, Sainte-Luce et Saint-Gabriel, entament une démarche de mise à jour. Quant à Métis-sur-Mer, Price, Saint-Donat et Sainte-Flavie, elles ont déjà une politique et un plan d'action MADA et verront leur démarche se refléter dans celle de la MRC de La Mitis.

« Comme bien des démarches, nous travaillerons en concertation, développerons des partenariats et accroîtrons le réseautage. Cette fois-ci, ce sera autour des enjeux propres au vieillissement de la population. Maintenir un territoire occupé et un milieu de vie de qualité, c'est aussi s'assurer que ses résidents puissent y vivre activement et en toute sécurité », soutient le préfet, monsieur Bruno Paradis.

Catherine Aubut coordonne le projet MADA sur le territoire de La Mitis, par l’accompagnement des 12 municipalités en vue de l’élaboration de la politique de la MRC et des plans d’action municipaux.

Consultation

La MRC de La Mitis est dans une période de consultation depuis le printemps. « Ces consultations ne sont pas inutiles, mais complémentaires et interconnectées. Elles nous permettent de prendre les bonnes décisions et d'agir selon les réalités de notre territoire. À preuve, le portrait culturel de 2005 nous a permis de définir nos actions et de négocier des ententes financières avec le ministère de la Culture et des Communications tout au long de ces années. Sans compter que cet outil nous permet de maximiser notre action pour le milieu et la population », précise M. Paradis. 

La stratégie jeunesse sera présentée le 18 octobre lors d'un 5 à 7. Les résultats tirés des questionnaires sur la culture seront divulgués dans les prochains mois, lors d'une rencontre où les participants pourront approfondir sur le sujet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média