Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 octobre 2018

Prêter ses jambes au don d’organes

Grimpeurs Mont-Comi

©Pierre Michaud - L'Avantage Rimouski

À près de zéro degrés, l'air était vivifiant pout l'excursion des vaillants grimpeurs.

PARC DU MONT-COMI. Environ 75 personnes ont prêté leurs jambes à la cause du don d’organes, ce matin, au Parc du Mont-Comi, à Saint-Donat .

Lucie Dumont

©Pierre Michaud

Lucie Dumont

Tous ces participants, de tout âge, ont relevé le nouveau  Défi Chaîne de Vie en gravissant à pied la majeure partie de la zone skiable des 573 mètres de la station de ski bien connue de La Mitis. La coordonnatrice et fondatrice de l’organisme Chaîne de vie, Lucie Dumont, confirme que l’objectif de participation est surpassé, alors que l’on réussissait aussi à recueillir 5 250 $. Chaîne de Vie a une double mission : elle vise à faire de la sensibilisation auprès du grand public,mais aussi de l’éducation auprès d’une clientèle étudiante ciblée.

 « Nous visons à éduquer tous les jeunes du Québec de secondaires 4 et 5 au don d’organes, par l’entremise des cours d’anglais. Pendant sept semaines, ces jeunes suivront un programme de formation sur le don d’organes, en anglais. On fait d’une pierre, deux coups. La levée de fonds d’aujourd’hui vise à soutenir notre organisme. Notre programme sera bientôt déployé partout au Québec. Nous en sommes à l’étape de former les professeurs. Nous leur fournissons une trousse éducative réalisée à la suite de travaux effectués depuis sept ans. Nous avons bénéficié du soutien du Mouvement Desjardins qui a investi 250 000 $. Notre programme a été élaboré avec le concours d’une centaine de personnes oeuvrant dans le milieu de l’éducation », explique Mme Dumont.

Le guide et sauveteur Jean-Francois Dubé, à droite, s'adresse aux participants. Au centre, on reconnaît le porte-étendard régional de Chaine de Vie, Jean-Claude Leclerc.

Gagner le coeur

Il faut maintenant former beaucoup d’enseignants, à commencer par tous ceux du Bas-Saint-Laurent/Gaspésie. Le programme est déjà dispensé à l’école Paul-Hubert.

« On en a déjà rencontré 200 personnes qui ont suivi la journée de formation pour enseigner ce nouveau module aux jeunes. Nous sommes associés entre autres à Transplant Québec et à la Commission scolaire Kamouraska/Rivière-du-L oup. C’est de l’école secondaire de Rivière-du-Loup qu’origine d’abord le programme. Nous voulons gagner le cœur des enseignants. C’est par leur entremise qu’on peut rejoindre les jeunes. Ceux-ci amènent ensuite le sujet du don d’organes chez-eux pour une discussion au sein de leur famille. La famille est ce qu’il y a de plus important car ce sont les parents du donneur qui ont la décision finale. C’est comme ça qu’on sauve des vies. Des jeunes sensibilisés égale des familles informées, et plus de vies sauvées », poursuit cette ex-enseignante.

Malgré un temps gris et une température avoisinant le point de congélation, le nombre de participants a satisfait Mme Dumont. « La participation de ce matin  est magnifique. C’est une grande réussite, pour une première année; c’est exceptionnel. Merci aux gens de Rimouski et du Bas-Saint-Laurent. On est vraiment fiers », conclut-elle.

Histoire de faire une vraie chaîne, on a réuni autant des praticiens de la santé que des jeunes et des personnes ayant subi une greffe ou en attente de l’être et leurs proches. La même activité s’est tenue simultanément sur 13 autres montagnes du Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média