Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 novembre 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Mine Raglan transporte ses premiers travailleurs à partir de Mont-Joli

Avion travailleurs

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

Les premiers travailleurs partaient de Mont-Joli vers la Mine Raglan, vendredi matin. Ils prenaient place à bord de l’appareil d’Air Inuit.

PROJET PILOTE. Une trentaine de travailleurs étaient du premier vol vers Mine Raglan, ce matin, en partance de l’Aéroport régional de Mont-Joli.

L’entreprise a souligné le coup d’envoi de ce projet pilote qui permet à de faciliter les déplacements de bon nombre de travailleurs de l’Est-du-Québec vers le site minier situé à l’extrémité nord du Québec. La compagnie aérienne Air Inuit a obtenu le contrat pour le transport nolisé de la main-d’œuvre.

« C’était une demande de nos employés. Ça leur permet de passer plus de temps avec leur famille, en raccourcissant le délai de transport. C’était une priorité pour nous », explique le directeur des ressources humaines à Mine Raglan, Jean Drolet.

Retombées non négligeables

Après le décollage à Mont-Joli, les passagers font escale à Montréal avant de prendre la direction de Katinniq, à bord d’un Boeing 737. Division de la société Glencore, Mine Raglan n’a pas précisé les détails financiers liés à l’ajout de départs à partir de Mont-Joli, mais elle soutient que l’effet positif de cette desserte sur les employés dépasse le coût d’implantation du service. Quant aux retombées dans la région des activités de Mine Raglan, elles sont appelées à croître.

« On a un impact économique de 1,7 M$ actuellement dans la région. Quel sera l’impact économique? Difficile à évaluer, mais on parle de plus de 150 employés qui vont utiliser les services dans la région. Ça aura certainement un impact positif pour l’économie de Mont-Joli et des environs », soutient M. Drolet.

La venue d’un nouveau joueur à vient aussi consolider le positionnement de l’aéroport mont-jolien. « Il n’y a pas si longtemps, on travaillait pour le prolongement de la piste et c’était dans les prévisions. On disait que Mont-Joli a un potentiel plus grand pour les vols d’affaires. Depuis le prolongement, on voit qu’il y a plein de nouveau. On ne s’est pas trompé. Les gens font confiance à l’expertise qui a été développée à Mont-Joli », se réjouit la présidente de la Régie intermunicipale de l’Aéroport de Mont-Joli, Chantale Lavoie.

Mine Raglan n’a pas précisé la durée de ce projet pilote, se laissant le temps d’évaluer la profitabilité de cet ajout. « Cela a un impact immense sur nos opérations. Il faut prendre le temps d’analyser, d’un point de vue logistique, l’impact du nouveau vol. On ne s’est pas donné de délai précis. Ce qu’on veut d’abord, c’est d’avoir une meilleure lecture de l’impact sur nos activités minières », précise Jean Drolet.

En opération depuis 20 ans, Mine Raglan exploite entre autres le nickel et le cuivre, à 1 800 km au nord de Montréal. Elle compte 1 150 employés en plus de la main-d’œuvre contractuelle, ce qui totalise plus de 1 500 travailleurs.

Commentaires

2 novembre 2018

Denis Martel

Pour les cv addres

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média