Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 novembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Des rencontres stimulantes pour le développement de l’agriculture urbaine

Agriculture urbaine

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Sophie Lajoie, Taylor Olsen et Francis St-Pierre.

L’agente de projet pour le plan d’agriculture urbaine, Sophie Lajoie, de COSMOSS Rimouski-Neigette, estime que les rencontres de focus groupe avec les acteurs du milieu qui ont pris fin ce jeudi sont stimulantes et qu’elles devraient déboucher sur un plan d’action intéressant, avec des projets qui se réaliseront, en juin 2019.

 Entre le 6 et le 15 novembre, des rencontres ont eu lieu avec les acteurs des milieux de la production, la consommation, la transformation et la distribution, ainsi que la gestion des matières résiduelles. « Nous avons eu une belle diversité d’acteurs qui nous ont soumis divers points de vue. Nous avons entendu 40 personnes représentant 34 organisations différentes. Nous constatons beaucoup d’enthousiasme et d’engouement pour l’agriculture urbaine », rapporte Mme Lajoie.

« Nous allons compiler tout ce qui est ressorti et s’en servir pour établir une vue d’ensemble sur les consultations, en avril 2019, avec le contenu des rencontres dans chacune des neuf municipalités de la MRC Rimouski-Neigette qui se tiendront du 21 novembre au 19 février », précise Mme Lajoie.

Les consultations citoyennes auront lieu les 21 novembre à Trinité-des-Monts, 29 novembre à Saint-Eugène-de-Ladrière, 15 janvier à Saint-Fabien, 17 janvier à Esprit-Saint, 24 janvier à Saint-Valérien, 31 janvier à Saint-Anaclet, 5 février à Saint-Narcisse, 11 février à Saint-Marcellin et le 19 février à Rimouski.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’agriculture urbaine ne touche pas seulement les villes, mais aussi le périmètre urbain des municipalités rurales. « L’agriculture urbaine, c’est plus que les poules urbaines. Ça peut être une municipalité qui disponibilise un terrain pour un jardin communautaire, une cuisine communautaire aménagée dans un centre communautaire, des potagers comme devanture de résidences. La MRC croit à cela dans le cadre du processus de MRC nourricière et de saines habitudes alimentaires. Il y a un engouement des jeunes pour les produits locaux. Il faut saisir l’opportunité. La MRC est là pour financer la démarche et elle sera aussi partenaire de la mise en œuvre du plan d’action », promet le préfet, Francis St-Pierre.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média