Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 décembre 2018

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Pétition pour l’exclusion des pensions alimentaires dans le calcul de prestations

Michel Dubé

©Adeline Mantyk - Archives - L'Avantage Rimouski

Michel Dubé, coordonnateur d'Action populaire Rimouski-Neigette

Action populaire Rimouski-Neigette exhorte le gouvernement de cesser de traiter comme un revenu les pensions alimentaires dans le calcul des prestations d’aide sociale, de l’admissibilité à l’aide juridique, à l’aide financière aux études et aux allocations au logement.

Le coordonnateur de l’organisme, Michel Dubé, déplore que le gouvernement de François Legault tarde à agir pour les familles en situation de pauvreté : « La Coalition Avenir Québec (CAQ) s’était engagée en campagne électorale à mettre fin à cette injustice. Également, une motion a été votée à l’unanimité par les députés de l’Assemblée nationale pour que cesse ce détournement des pensions alimentaires. »

Le député de Rimouski et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de travail, d’emploi, de solidarité sociale, de retraite et de lutte à la pauvreté, Harold LeBel, parraine et appuie la pétition mise en ligne par Action populaire Rimouski-Neigette.

Le député estime que le gouvernement caquiste ne peut continuer de priver les enfants dans le besoin afin de financer d’autres programmes et qu’il doit prendre cette opportunité pour mettre en place de réelles mesures afin de lutter contre la pauvreté : « Depuis plus de 20 ans, les montants associés aux pensions alimentaires ne sont plus imposables, mais continuent d’affecter les sommes reçues par les bénéficiaires d’aides gouvernementales », a déclaré Harold LeBel.

Commentaires

10 décembre 2018

andré

Je pense que là vous charriez. Un revenu est un revenu et en plus de tout l'argent que les gouvernement donnent sous toute forme. Il y des limites.

11 décembre 2018

Mathieu

Ce que vous considérez comme un revenu est déjà imposé auprès du parent contributeur. Rappelons que, bien que ces montants ne soient plus considérés comme un revenu imposable depuis 1997 (tant au fédéral qu’au provincial), ils continuent d’être comptabilisés comme un revenu du parent gardien dans quatre programmes: l’aide sociale, l’aide financière aux études, dans les programmes d’aide au logement et à l’Aide juridique. Depuis le 1er avril 2011, en plus de bénéficier de l’exemption actuelle de 100$ de pension alimentaire par mois, les ménages prestataires de l’aide sociale qui reçoivent une pension alimentaire pour enfant peuvent bénéficier d’une exemption additionnelle de 100 $ par mois par enfant. Pour l’aide financière aux études, la bonification est entrée en vigueur en août 2011, soit au début de l’année scolaire 2011-2012. Bien sûr, pour les familles monoparentales qui ont plus d’un enfant, il s’agit d’une avancée puisqu’elles verront leurs revenus s’améliorer sensiblement grâce à cette exemption supplémentaire. Cependant, pour les familles qui n’ont qu’un seul enfant (ce qui représente la grande majorité des familles prestataires de l’aide sociale ou des prêts et bourses), la situation demeurera inchangée. En effet, environ 5 700 familles sont touchées par cette mesure à l’aide sociale. Si on considère qu’il y avait plus de 11 500 familles assistées sociales, en 2009-2010, qui déclaraient recevoir une pension alimentaire pour enfant, on se rend vite compte que seulement la moitié de ces familles a vu sa situation s’améliorer suite à la bonification. Pour ce qui est des prestataires du régime de prêts et bourses, on peut facilement déduire qu’une majorité d’étudiant(e)s monoparental(e)s n’ont pas encore eu le temps d’avoir un deuxième ou un troisième enfant… Bref, la bonification constitue une avancée certes, mais il n’en demeure pas moins que, pour une famille qui compte un seul enfant et qui reçoit une pension alimentaire de 400$ par mois, ce sont encore 300$ qui iront grossir les coffres de l’État! Aussi, la bonification, en plus de ne toucher que les familles qui ont deux enfants ou plus, ne touche que deux programmes au lieu de quatre. La question de fond demeure donc la même: le fait de considérer les pensions alimentaires pour enfant comme un revenu dans les programmes gouvernementaux constitue un détournement pur et simple de ces montants et il est totalement inadmissible que le gouvernement continue à faire des économies sur le dos des familles les plus pauvres!

11 décembre 2018

Jule L

Des économies sur le dos des plus pauvres. Jamais au grand jamais les familles on eu autant d'argent des gouvernement. La voisine à même le culot d'avoir une femme de ménage. ÉCOEURÉ DE PAYER !!!! et je ne suis pas le seul. Il y a trop de programme, trop d'impôt.

13 décembre 2018

pascal s

je suis d'accord avec vous jule L moi aussi suis écoeuré de payer quand je vois que Mme et mon fils ne recherche pas d'emploie depuis des années et profite du systesme .. j'ai deux taff je fais 70 h par semaine pour pas etre en découvert.. vous allez bientôt pouvoir me suivre je vais ouvrir une pétitions et faire une manifestations dans le pas de calais sur arras, et faire greve de la faim..de nos jour faut faire greve pour que sa bouge .. je suis de annecy si il y a des pere dans ma situations existe pas a me contacter ...

10 janvier 2019

Manon Brabant

C est de valeur que sais les bon qui paye pour les mauvais il y en a qui sont sur l aide social avec leurs enfants parce qu' il non pas le choix et eux aussi aimerais payer des cours a leurs enfants et qui aimerais faire du sports mais vue que sais rendu un revenue il diminue l aide social !! Attaquez vous a ceux qui fraude et profite de l aide social et qui sont en santer pour travailler ! Moi j ai toujours travailler et la je suis sur l aide social a cause d un cancer et j ai presque rien pour vivre alors arrêter de juger votre voisin sans savoir sa situation et denoncer les vrai fraudeur !

26 octobre 2019

Merciere

Pourquoi elles n iraient pas bosser..di elle veulrnt de l argent pour eduquer leurs enfants...les papas sont bon qu q payer et eux travail...pas comme toutes ses mamams qui rete s leur maison eg depouille les perew ..pauvres france. Elle est ou l egalite homme et femme..mesdame trouver vous un taf .. o lieu de profiter du systeme et de vous reposez toutes lq journee..pendant que le papa trime.. je comprends tout ced papa qui arrete se bosser pour pas leur donner 1 curo

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média