Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

12 décembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Desjardins fait le point sur ses nouvelles pratiques

Défi climatique

Défi climatique

©Gracieuseté

Il y a un an, Desjardins annonçait des pratiques concrètes afin de jouer un rôle proactif face au défi que représentent les changements climatiques.

Il était question notamment de rendre ses opérations carboneutres, d'investir dans des projets d'énergie renouvelable, d'ajouter des critères d'autorisation ESG afin de favoriser une finance qui respecte l'environnement et les collectivités et aussi de renforcer l'accompagnement de nos membres et clients faisant le choix de réduire leur empreinte carbone.

À ces initiatives se sont ajoutées celles de l'installation de 200 bornes électriques à travers le Québec et l'Est de l'Ontario d'ici 2021 et le lancement de nouveaux produits d'investissement responsable.

« Contribuer à une transition énergétique juste et au développement socio-économique des communautés est une priorité pour Desjardins. C'est par des actions concrètes que nous parviendrons à réussir cette transition. Depuis 25 ans, Desjardins s'y consacre. Nous avons fait un pas de plus avec les initiatives annoncées au cours de la dernière année. Je suis fier de ces engagements et des efforts que nous mettons pour les réaliser », a souligné le président et chef de la direction, Guy Cormier.

Devenir carboneutre

Desjardins était déjà actif à rendre une partie de ses opérations carboneutres en compensant ses émissions de gaz à effet de serre pour ses grands évéments. À partir de 2017, Desjardins a procédé à l'achat de crédits de carbone vérifiés par une tierce partie pour devenir totalement carboneutre. Pour ce faire, il a choisi plusieurs projets pour compenser son bilan carbone de 45 973 tonnes de CO2, l'équivalent de 11 500 voitures qui roulent 20 000 km par année.

Il s'agit de projets sélectionnés à partir de critères objectifs visant à valoriser : la gestion et conservation de grandes forêts constituant des puits de carbone avec notamment le leadership de certaines Premières Nations; l'efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables et la sensibilisation et l'éducation à l'écocitoyenneté.

De plus, Desjardins a soutenu la Bourse du carbone Scol'ERE, un projet en marge des crédits de carbone disponibles sur le marché volontaire. Depuis son engagement envers cette dernière en 2012, Desjardins a consenti une somme de plus de 600 000 $ pour soutenir leur programme favorisant l'éducation à l'écocitoyenneté des élèves du primaire et de leur famille.

Investir dans des projets d'énergie renouvelable

En 2018, le montant investi dans les infrastructures d'énergie renouvelable atteint 1,04 G$, ce qui représente 45% de l'ensemble des investissements en infrastructures de Desjardins. Après avoir comparé sa position à d'autres investisseurs d'importance, il en ressort que la position agrégée de Desjardins en fait définitivement un leader canadien de l'investissement dans les infrastructures d'énergie renouvelable. Desjardins entend demeurer un leader dans ce domaine.

Intégrer les critères ESG dans ses décisions d'affaires

La prise en compte des critères ESG dans les décisions d'affaires de Desjardins se met en place progressivement.

Avec l'appui enthousiaste des présidents et directeurs généraux des caisses Desjardins, le Mouvement est fier d'annoncer qu'à compter du 1er janvier 2019, l'achat de certains produits de plastique à usage unique - bouteilles d'eau, verres, bâtonnets à café et pailles -, sera banni à travers l'ensemble de l'organisation. Cela représente plus de 100 000 bouteilles de plastique par année.

« Desjardins poursuit ses efforts pour une économie plus sobre en carbone. Mettre fin à l'acquisition institutionnelle de certains produits de plastique à usage unique est un geste concret et à la portée de tous. Nous invitons les entreprises et les citoyens à se joindre à cette initiative », a tenu à souligner Guy Cormier.

 

Commentaires

13 dcembre 2018

franck

Qu'il cesse donc de semer nos redevances aux quatre coins de la ville et qu'il prenne leur argent s'il désir faire dans le mécénat, charité ou peu importe. C'est l'argent des membres.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média