Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 décembre 2018

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Bagarres au parc Lepage : un comité de travail pour contrer la violence est formé

Steeve Bouillon, Gaston Rioux, Marc Parent et Johanne Roy

La Ville de Rimouski, La Commission scolaire (CS) des phares, la Sureté du Québec et le Centre intégré de Santé et Services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent rassemblent leurs forces pour trouver des solutions pérennes et durables au problème de violence au parc Lepage.

Le comité de travail se penchera sur la situation et la première rencontre se situera en début d’année 2019 « On est préoccupé de la situation. C’est pour cela qu’on a décidé d’arrimer nos compétences pour arriver à des solutions à court et moyen terme et pouvoir trouver un plan de match. Il va falloir s’interroger sur de l’historique de tout ça, et sur ce qu’on peut faire comme CS et comme école », explique le président de la CS des Phares, Gaston Rioux.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, explique qu’il est encore prématuré d’aborder des solutions, mais que beaucoup de travail a déjà été effectué dans les dernières semaines. Le nouveau comité de travail s’inscrit dans la continuité des mesures déjà déployées. « Compte tenu de l’importance de la situation, un leadership doit être démontré de la part de tous les intervenants pour régler la problématique de violence auprès de nos étudiants, pas uniquement au parc Lepage, mais sur la totalité du territoire. »

La chef de service à la direction de la santé publique au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Johanne Roy, se dit très préoccupée et également étonnée de voir ce phénomène: « On sait que la violence en milieu scolaire existe, mais on est étonné, car selon nos données, la violence était à la baisse, on voyait une amélioration au cours des dernières années au niveau des écoles secondaires. » Elle ajoute qu’en plus de l’expertise de la Santé publique, des infirmières en milieu scolaire issues du CISSS pourront apporter leur contribution au comité.

Arrestations et enquêtes 

Selon les intervenants, les bagarres auraient connu une recrudescence durant l’automne et concernent des jeunes de 12-17 ans des écoles secondaires Saint-Jean, Langevin et Paul-Hubert.

La SQ indiquait hier (mercredi) en entrevue, que plusieurs arrestations avaient déjà été effectuées en lien avec cette problématique et que des enquêtes sont en cours : « De par la proximité du parc, ouvert, d’une école secondaire, c’est une problématique d’utilisation. Il peut se regrouper entre 150 et 200 jeunes sur l’heure du midi, ils font des rencontres entre des personnes qui n’ont pas de problématiques entre eux à la base, mais ils se bagarrent et certaines personnes ont filmé ces bagarres. », détaille le lieutenant Steeve Bouillon, de la SQ.

La SQ demande à toute personne qui aurait subi un acte de violence de ne pas hésiter à communiquer avec les services de police pour porter plainte.

Commentaires

16 dcembre 2018

Benoit Fortin

Les polices sont la sur un horaire fixe, les jeunes vont s'organisé. Mettez des agents doubles, et agissez Les voitures de police sont trop voyante. et les agents reste a la chaleur dans leur voiture. infiltrer les groupes et voyez qui sont les auteurs,, de plus je connais des jeunes du Saint-Jean qui vont consommer des drogues sur l'heure du midi..

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média