Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

19 décembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

L’antidémarreur avec éthylomètre maintenant disponible dès la condamnation

alcool volant

©Photo Deposit

Alcool au volant

Deux personnes ayant plaidé coupables à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool ce matin au palais de justice de Rimouski sont parmi les premières à bénéficier de la nouvelle réglementation autorisant l’installation de l’antidémarreur avec éthylomètre dès l’imposition de la peine.

Cette nouvelle loi est en vigueur depuis mardi au Québec. Auparavant, le conducteur coupable devait attendre trois mois sans permis de conduire avant de pouvoir installer l’antidémarreur. Cette application est disponible seulement pour les individus n’ayant pas d’antécédent judiciaire.

Le premier en profité de cette nouvelle mesure à Rimouski a été Gérald Sauvé qui a admis avoir conduit avec un taux de 106 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang. « Les policiers ont été appelés pour un délit de fuite au Motel Soleil couchant d’un homme au volant d’une camionnette F-250 de couleur noire. Pendant qu’ils prennent la déposition d’un témoin, ce dernier reconnaît le conducteur qui revient avec un autre véhicule. Les policiers détectent une odeur de boissons alcoolisées », raconte le procureur de la Couronne, Me Luc Cyr. À noter que M. Sauvé n’a pas été accusé de délit de fuite. Il a expliqué être allé chercher des papiers, dont un constat à l’amiable chez lui avant de revenir sur place.

Sabrina Trépanier-Giguère peut aussi profiter de la nouvelle loi, elle qui admet avoir conduit avec un taux d’alcoolémie de 106 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang le 10 octobre 2017 à Saint-Roch-des-Aulnaies. En revenant de Québec, elle a effectué une sortie de route qui a causé des dommages importants à son véhicule.

Les deux accusés sont condamnés à l’amende minimale de 1 000 $ et la suspension de leur permis de conduire pour 12 mois. Par ailleurs, la suramende qui était application sur plusieurs amendes, dont celles pour conduite avec les facultés affaiblies ne sera plus imposée, car elle a été jugée anticonstitutionnelle par la Cour Suprême la semaine dernière.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média