Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

04 décembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Deux nouvelles femmes affirment avoir été agressées sexuellement par Patrick Chénard

Palais Rimouski

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Le palais de justice de Rimouski.

Deux nouvelles femmes affirment avoir été agressées sexuellement par Patrick Chénard, un massothérapeute de 26 ans de Rimouski, déjà accusé d’avoir commis des agressions sexuelles sur neuf femmes, dont une d’âge mineur, dans l’exercice de ses fonctions.

Les nouvelles plaintes devaient être portées lundi au palais de justice de Rimouski, mais le tout a finalement été reporté au 7 janvier. Les neuf premiers dossiers sont également reportés à cette date. L’accusé n’était pas présent à la Cour, lundi.

Patrick Chénard a été remis en liberté moyennant une caution sans versement de 1 000 $. Il lui est interdit de tenter d’entrer en contact avec les plaignantes et de se trouver en leur présence. Les gestes reprochés à l’accusé se seraient produits entre le 26 novembre 2015 et le 24 avril 2018.

« Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes », mentionnait le service des communications de la SQ dans un communiqué émis le 1er juin, date de l’arrestation de Chénard par les policiers du poste de la MRC Rimouski-Neigette.

Les neuf dossiers initiaux sont toujours au stade de l’orientation-déclaration. La Défense a laissé entendre lundi matin qu’une enquête préliminaire assez longue pourrait être réclamée.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média