Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 décembre 2018

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Une première politique de lutte contre la maltraitance au CISSS du Bas-Saint-Laurent

Isabelle Malo et Hugues St-Pierre, président du CISSS du Bas-Saint-Laurent

©Adeline Mantyk

Isabelle Malo et Hugues St-Pierre, président du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Le conseil d’administration du Centre intégré de Santé et de Services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent vient d’adopter sa première politique de lutte contre la maltraitance, conformément aux orientations ministérielles.

La nouvelle politique s’applique aux personnes aînées et à toute personne majeure en situation de vulnérabilité, présentant une grande perte d’autonomie, inapte, présentant des problèmes de santé mentale, ayant un trouble du spectre de l’autisme, ou présentant un handicap physique ou intellectuel, comme l’explique le directeur de la qualité, évaluation, performance, éthique clinique au CISSS, Gino Beaudoin. « Une procédure suivra cette politique au cours des prochains mois, qui pourra être ajustée à l’usage au fur et à mesure de son application sur le territoire du CISSS. »

Tolérance zéro

L’objectif visé est la tolérance zéro dans toute l’organisation et l’offre de services du CISSS : « La proactivité est aussi importante, on veut être capable de repérer la maltraitance et de la traiter rapidement », ajoute M. Beaudoin.

La politique inclut également la sensibilisation et l’information aux personnes qui côtoient les personnes ainées ou vulnérables et prévoit que des sanctions soient prises à l’égard des personnes contribuant à la maltraitance. Elle s’appuie sur plusieurs documents de référence, comme la Loi contre la maltraitance, la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, le plan gouvernement pour contrer maltraitance.

Renouvellement d’ententes

La politique vise l’ensemble des usagers et résidents recevant des soins rendus dans les installations du CISSS ou à domicile, incluant les résidences privées, les ressources intermédiaires et de type familial. « Les ressources intermédiaires et de type familial, comme on est en contrat avec eux, auront l’obligation d’appliquer cette politique. Pour les ressources privées, on va s’assurer qu’elles aient une politique pour contrer la maltraitance, mais on ne peut pas les obliger à appliquer notre politique. »

Il est également précisé que lors d’un renouvellement d’ententes avec un tout partenaire du CISSS offrant des soins et services aux usagers, une clause devra être ajoutée à l’entente, obligeant le partenaire à faire connaitre cette politique et à la faire respecter auprès de ses employés.

La pdg du CISSS, Isabelle Malo, précise que cette exigence sera également demandée dans les nouveaux appels d’offres du CISSS.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média