Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

07 décembre 2018

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Des idées pour valoriser les ressources alimentaires du Saint-Laurent

Rencontre Malécites

©Esteban Figueroa

Un premier atelier de coconstruction a eu lieu avec la communauté malécite de Viger.

ALIMENTATION. L’équipe de Manger notre Saint-Laurent a réalisé, le 4 décembre, un atelier de coconstruction avec la première nation des Malécites de Viger, situés à Cacouna, dans le cadre d’une démarche de mise en valeur les ressources animales et végétales comestibles issues du Saint-Laurent.

Un groupe de 25 personnes, incluant les membres du conseil de bande, les membres du conseil de sages, une partie de l’équipe de chercheurs du projet, la cheffe culinaire Colombe Saint-Pierre ainsi que quelques observateurs du milieu, prenait part à l’atelier. Les participants ont eu l’occasion d’élaborer sur les manières de mettre en valeur les ressources du Saint-Laurent au sein de leur communauté et sur comment transmettre l'héritage des premières nations.

L’éducation sur les ressources disponibles selon les saisons, sur la manière de les reconnaître et comment les cuisiner semble être la première stratégie à privilégier par cette communauté. La possibilité de mettre en place des démarches en recherche et développement, ainsi qu’une campagne de marketing constituent aussi des stratégies qui ont émergé de ces réflexions collectives.

Au cours des deux prochaines années, trois étudiantes de maîtrise seront présentes dans les quatre communautés phares qui collaborent avec ce projet pour coconstruire les connaissances et coproduire les outils sur l’environnement et les aliments issus du Saint-Laurent. Rappelons que le projet de recherche Manger notre Saint-Laurent a pour objectifs de mettre en valeur les ressources animales et végétales comestibles issues du Saint-Laurent, et de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et l’autonomie alimentaire. Il vise à faire de la science et de l’art culinaire au service des communautés en utilisant des approches interdisciplinaires et intersectorielles.

Commentaires

7 dcembre 2018

steeve

Il faut acheter québécois et canadien un point c'est tout.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média