Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

21 Février 2018

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Le Syndicat des enseignants du Cégep de Rimouski appuie les travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour

©Photo gracieuseté

LOCKOUT. À l’unanimité, les membres du Conseil syndical du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Rimouski (SEECR) ont donné leur appui aux travailleuses et travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour inc. (ABI), mis en lockout le 11 janvier. 

Après le dépôt d’une offre globale et finale déposée le 21 décembre par ABI (détenue par Rio Tinto à 25 %, le reste étant détenu par Alcoa), les 1030 travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour n’ont plus la possibilité de travailler depuis la mi-janvier. Ils ont rejeté à plus de 80 % la dernière offre patronale.

Selon le coordonnateur du SEECR, Alain Dion, « ce conflit-là est important, car plus de mille travailleuses et travailleurs sont privés de travail et privés de revenu. Ce sont des centaines de familles qui vivent dans l’insécurité et toute une région qui fait les frais de l’entêtement de la compagnie à ne pas négocier. Il faut trouver une façon de ramener les patrons d’ABI à la table de négociation. Nous offrons donc notre soutien aux travailleuses et travailleurs et demandons à la compagnie de revoir ses positions et de négocier de bonne foi avec le syndicat. C’est la seule façon de faire avancer la négociation pour les relations de travail », dit-il.

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Rimouski invite l’ensemble des organisations syndicales à soutenir les travailleurs d’ABI. « Comme le conflit semble vouloir s’étirer et que la compagnie ne souhaite pas reprendre les négociations, il est important que l’ensemble des syndiqués se manifeste. Nous devons à la fois soutenir les employés d’ABI et rappeler à l’employeur que ce conflit affecte toute une région et qu’un règlement entre les parties doit se faire le plus rapidement possible » de conclure Alain Dion.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média