Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 Février 2018

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

L’Ordre des ingénieurs en voie d’atteindre la plupart de ses objectifs

L’Ordre des ingénieurs en voie d’atteindre la plupart de ses objectifs

©Photo TC Media-Charles Lepage

TOURNÉE AU BAS-SAINT-LAURENT. La présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec, Kathy Baig était de passage à l’hôtel Rimouski le 6 février afin d’informer les membres de ce groupe, des actions entreprises depuis la présentation l’an dernier du Plan ING2020 dont le but est de permettre à l'Ordre d'être LA référence en matière de protection du public.

L’un des axes principaux de ce plan stratégique que le Conseil d’administration a adopté pour orienter ses actions jusqu’en 2020 est de permettre au syndic de renforcer tous les mécanismes de protection du public par des enquêtes sur les ingénieurs. Pensons entre autres aux inspections professionnelles (visite des membres sur le terrain), au maintien des compétences des ingénieurs tout au long de leur carrière, aux admissions et au développement professionnel.

Avec tous ces changements, un sondage nous démontre que la confiance du public envers la profession est passée de 49 % pendant la Commission Charbonneau en 2013, à 73 % aujourd’hui. Elle était à 69 % avant la Commission Charbonneau.  --Kathy Baig

« Nous avions des cibles très précises dans ce plan stratégique et un an après son application, les résultats sont super bons. Actuellement, nous sommes en train d’atteindre toutes nos cibles et cette visite dans votre région nous permet d’expliquer à nos membres l’avancement du plan stratégique ING2020. Du même coup, cela nous permet de rencontrer et d’échanger avec eux sur leurs préoccupations et répondre à leurs questions », mentionne Kathy Baig.

Selon cette dernière, de nombreux dossiers ont progressé au cours de la dernière année. « Le département d’enquête du syndic a vraiment des résultats records cette année, un secteur où il y avait de nombreux dossiers d’enquêtes en attente (600 à 700). Pour considérer être en contrôle dans un organisme comme le nôtre, il faut qu’il y en ait autour de 300… et c’est là qu’on est rendu. Pour nous, c’est un énorme succès. Nous avions une cible de 1500 inspections professionnelles cette année et nous sommes en voie de les réaliser. Le résultat le plus intéressant est celui d’un sondage qui nous confirme que 98 % de nos membres inspectés considèrent que cet accompagnement-prévention a amélioré leur pratique professionnelle. »

La tournée de Kathy Baig s’est arrêtée à l’UQAR mercredi midi pour une rencontre avec une cinquantaine d’étudiants en ingénierie. « Nous travaillons actuellement à la modification du programme d’accès au titre d’ingénieur, certaines règles vont changer et nous avons discuté avec eux de ces changements et des modifications à venir. »

Les actions de la prochaine année porteront principalement sur les affaires publiques et sur la modernisation de la loi sur les ingénieurs qui date de 1964.

Mentionnons enfin que l’Ordre des ingénieurs du Québec annonçait récemment la formation d’un nouveau comité régional pour desservir la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Présidé par Pierre-Claude Gagnon, ing., ce comité régional proposera des activités de développement professionnel et des rencontres informatives en génie à quelque 900 ingénieurs de la région. Le Comité s’occupera également de faire la promotion de la profession auprès des jeunes.

©Photo TC Media – Charles Lepage

À gauche, Pierre-Claude Gagnon, ingénieur senior et propriétaire de TR3E Experts-Conseils est le président du nouveau comité régional pour desservir la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Il est en compagnie de Marcel

Pour connaître les nouvelles de l’Ordre : www.facebook.com/oiq.qc.ca 

Quelques chiffres :

- Le Québec compte 63 000 ingénieurs, dont 923 (647 actifs), au Bas-Saint-Laurent.

-Seulement 14 % des ingénieurs au Québec sont de sexe féminin (objectif fixé à 30 %).

-Au Bas-Saint-Laurent, seulement 9,5 % de femmes exercent cette profession.

-À l’UQAR, une seule fille présente à la rencontre sur la cinquantaine d’étudiants en génie.

-Un ingénieur peut exercer sa profession dans une quarantaine de spécialités du génie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média