Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

03 Juillet 2018

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Port de Rimouski : le député Caron déplore la lenteur des négociations

Port de Rimouski : le député Caron déplore la lenteur des négociations

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le député fédéral de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron, déplore que le dossier du port de Rimouski traîne toujours en longueur, malgré des rumeurs entendues ces derniers mois.

Traçant un bilan de la session parlementaire qui vient de se terminer, M. Caron s’inquiète notamment de la lenteur des négociations entre Québec et Ottawa, estimant que les élections québécoises qui approchent à grands pas ajouteront à l’incertitude : « Dans la partie du dossier touchant la mise à niveau des installations appartenant à Transports Canada, l’entente espérée pour juin 2018 entre Québec et Ottawa ne s’est toujours pas concrétisée. Cette entente transférerait la propriété de ces installations au gouvernement du Québec qui l’intégrerait dans sa Stratégie maritime, en échange d’une mise à niveau. »

Concernant la deuxième partie du port, qui fait l’objet de négociations entre la Ville de Rimouski et le ministère des Pêches, Océans et de la Garde côtière pour la rétrocession des installations de la marina, le député signifie qu’il est toujours disposé à agir comme intermédiaire si l’une ou l’autre des parties le juge nécessaire.

Couverture cellulaire et assurance-emploi

Le député estime que les Libéraux ont également déçu relativement au trou noir de l’assurance-emploi. « La situation est inquiétante pour les travailleurs saisonniers. Il est urgent d’agir. Dans quelques mois, environ 16 000 travailleurs saisonniers s’ajouteront au « trou noir » de l’assurance-emploi et près de 40 % d’entre eux sont québécois. En février 2017, le ministre Duclos disait qu’il se pencherait sur cette problématique après le dépôt du budget, mais un an plus tard, les travailleurs attendent toujours. »

M. Caron note certains progrès en ce qui a trait à la couverture cellulaire et Internet haute vitesse : « L’investissement de 290 M$ annoncé par le gouvernement du Québec le 20 novembre dernier permettant de connecter 100 000 foyers dans les régions du Québec avec de la fibre optique et l’accès à Internet haute vitesse, est un pas dans la bonne direction. »

Il ajoute toutefois que si TELUS a profité de ce programme pour annoncer l’installation de fibre optique dans le secteur Neigette, le Témiscouata et Les Basques ont été ignorés puisqu’aucun fournisseur de services Internet n’a offert de soumission pour le développement de cette infrastructure dans ces deux MRC. « C’est toujours le silence radio du gouvernement libéral. Les Libéraux refusent la création d’un programme de financement dédié au cellulaire à l’image de ce qui est offert pour Internet haute vitesse. »

M. Caron souligne que cette session a tout de même permis aux Néo-démocrates de soulever certains enjeux cruciaux, tels que la protection de l’environnement, les subventions aux énergies fossiles et les paradis fiscaux : « Ce sont des dossiers où le gouvernement libéral continue de décevoir, malgré les engagements pris durant la dernière campagne électorale. »

Enjeux nationaux

Sur des enjeux nationaux, le chef parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD) indique que dans le dossier Kinder Morgan, son parti a exigé du gouvernement qu’il respecte ses engagements en cessant de financer l’exploitation des énergies fossiles et en investissant dans les énergies vertes. « Le gouvernement libéral a annoncé l’achat d’un oléoduc de 65 ans pour 4,5 milliards de dollars, malgré l’opposition du gouvernement provincial de la Colombie-Britannique et de plusieurs Premières Nations », déplore-t-il.

Cette année, le NPD a attiré l’attention sur les problèmes liés aux paradis fiscaux tels que l’évasion ou l’évitement fiscal abusif. Guy Caron dit continuer à talonner les Libéraux, particulièrement la ministre du Revenu national, Diane LeBouthillier. « Le gouvernement libéral ne tient toujours pas ses promesses concernant ce fléau répandu au Canada. Ce sont des milliards de dollars qui échappent à nos gouvernements chaque année et nous en payons tous le prix. »

Quant aux géants numériques comme Netflix, M. Caron estime qu’ils bénéficient d’un traitement de faveur qui met en danger les entreprises locales. « Le Canada est le seul pays du G7 à plier devant les multinationales du web en continuant de donner des cadeaux aux géants numériques. Le NPD se bat pour un traitement fiscal équitable afin que ces compagnies paient leur juste part et que nos entreprises ne subissent pas une concurrence déloyale de la part des multinationales du Web. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média