Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

12 Septembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

5 M$ pour une étude sur la réadaptation cognitives des personnes atteintes de sclérose en plaques

©Gracieuseté

La Société canadienne de la sclérose en plaques a confirmé, ce mercredi, un investissement de 5 M$ destiné à financer le premier essai clinique multicentrique international dont les auteurs auront pour objectif de vérifier si la réadaptation cognitive et l’exercice aérobique permettent d’améliorer les fonctions cognitives des personnes atteintes d’une forme progressive de sclérose en plaques (SP).

Cette étude, dirigée par le Dr Anthony Feinstein (Université de Toronto et Centre des sciences de la santé Sunnybrook) et une équipe internationale de spécialistes en réadaptation, pourrait mener à la mise au jour d’une nouvelle option thérapeutique au profit des personnes atteintes de SP progressive qui présentent des troubles cognitifs.

Les troubles cognitifs font partie des symptômes dits « invisibles » de la SP. Selon les estimations, ils pourraient toucher jusqu’à 70 p. 100 des personnes qui présentent une forme progressive de SP. Le déclin cognitif peut avoir des répercussions considérables sur l’emploi, les relations sociales et les activités de la vie quotidienne. À ce jour, les personnes qui présentent la forme progressive secondaire de la SP et qui ne subissent plus de poussées de SP ne bénéficient d’aucun traitement efficace, capable de modifier l’évolution de la maladie, et un seul médicament a fait l’objet d’une homologation conditionnelle par Santé Canada pour le traitement de la SP progressive primaire à un stade précoce.

« Le Canada affiche l’un des taux de SP les plus élevés du monde, et nous offrons notre soutien à cette initiative mondiale afin qu’une nouvelle option thérapeutique puisse être offerte aux personnes atteintes d’une forme progressive de SP. Six pays unissent ici leurs efforts pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes aux prises avec cette maladie imprévisible », indique Mme Pamela Valentine, Ph. D., présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Il est capital que ces personnes aient accès à des stratégies de réadaptation facilitant la prise en charge des symptômes qu’elles éprouvent. La Société canadienne de la SP est fière de financer, grâce à la générosité de ses donateurs, le premier essai clinique d’envergure internationale portant sur l’association de deux interventions – soit la réadaptation cognitive et l’exercice – et visant l’amélioration des fonctions cognitives chez les personnes atteintes de SP progressive. »

En vue de trouver un traitement potentiel pour les troubles cognitifs (qui concernent notamment l’attention, la vitesse de traitement de l’information et la mémoire) éprouvés par les personnes qui vivent avec la SP progressive, le Dr Feinstein et son équipe de recherche s’emploient à déterminer si la réadaptation cognitive ou l’exercice ou une stratégie qui associe réadaptation cognitive et exercice permettent d’améliorer les fonctions cognitives.

« La cognition est déterminante au chapitre de l’amélioration de la qualité de vie chez les personnes atteintes de SP », affirme le Dr Feinstein. « Tous les chercheurs en SP savent qu’il importe de mettre au point davantage de traitements pour toutes les formes de SP. Or, bon nombre de personnes qui présentent une forme progressive de SP ont le sentiment d’être laissées à elles-mêmes. Cet essai clinique nous permettra de nous pencher activement sur les besoins de ces dernières. Nous nous intéresserons aux interventions combinées et chercherons à obtenir des résultats qui pourront être mis en application dans différents pays et cultures. »

« Nous espérons tous ardemment la découverte d’un remède, mais le fait est qu’il faudra du temps avant qu’on y arrive », souligne Beverley MacAdam, qui est atteinte de SP cyclique et qui agit bénévolement à titre de représentante de la collectivité au sein d’un comité d’examen des demandes de subvention de recherche de la Société de la SP. « De telles études sont essentielles. Celle dont il est question contribuera à l’amélioration de la qualité de vie des personnes aux prises avec la SP et permettra à ces dernières de placer la SP au second plan de leur vie. »

En tout, 360 participants seront recrutés par l’équipe de chercheurs au sein de 11 centres de recherche répartis dans six pays. Les participants suivront le traitement à l’étude pendant douze semaines. Des examens d’imagerie par résonance magnétique du cerveau seront réalisés auprès d’un sous-groupe de 120 participants. Les résultats d’imagerie permettront de vérifier si l’amélioration des fonctions cognitives est associée à des changements relatifs aux lésions et à l’atrophie cérébrale et à une amélioration de l’activation de certaines régions cérébrales lors de l’exécution de tâches cognitives.

 

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média