Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

14 Septembre 2018

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Stupéfiants : Mathieu Légaré demande le report de son dossier au 9 octobre

Stupéfiants

©TC Media/Archives - L'Avantage Rimouski

Des quantités importantes de stupéfiants ont été saisies.

De retour en Cour ce vendredi, quatre jours après avoir vu le juge James Rondeau refuser sa demande de remise en liberté sous conditions, Mathieu Légaré a demandé le report de son dossier au 9 octobre.

« J’ai eu des discussions avec mon collègue de la poursuite (Me Thierry Pagé-Fortin) et je vous demande le report du dossier à la même étape pour compléter la divulgation de la preuve et nous permettre de l’analyser », indique l’avocate de l’Accusé, Me Caroline Bérubé.

Légaré a été arrêté dans le cadre de la vaste opération contre le trafic de stupéfiants menée le 29 août dans la région de Rimouski demeure détenu penda1nt la suite du processus judiciaire. Il reviendra en Cour ce vendredi 14 septembre pour donner une orientation à son dossier.

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, dans le cadre du projet Périmètre, a procédé à une série d’arrestations et de perquisitions dans la région de Rimouski en lien avec le trafic de stupéfiants, notamment de cocaïne. Dix personnes ont été arrêtées Ils font tous face à différents chefs d’accusations reliés à la possession ou au trafic de stupéfiants.

« Les perquisitions ont permis de saisir notamment : environ 1.2 kg de cocaïne; environ 1.3 kg de haschish; environ 1,8 kg de cannabis; environ 60 ml d’une substance s’apparentant à de la psilocybine; 4203 comprimés de méthamphétamine; 4000 comprimés d’ecstasy; divers équipements servant à la revente de stupéfiants; trois armes à feu, dont une prohibée; de l’argent comptant et deux véhicules automobiles », signale le sergent de la SQ, Claude Doiron.

Ce vendredi matin, le juge Rondeau a accepté de permettre à l’accusé d’avoir des contacts avec sa mère malade pour des motifs humanitaires, mais il leur sera interdit de discuter des détails entourant cette cause.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média