Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

05 Septembre 2018

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Plaidoyer pour la légalité des poules urbaines à Rimouski

Plaidoyer pour la légalité des poules urbaines à Rimouski

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Céline Deschênes lors de la séance publique du Conseil municipal de Rimouski mardi soir.

Deux citoyens de Rimouski ont demandé à la Ville se pencher sur une réglementation autorisant les poules urbaines, hier (mardi) soir lors d’une séance publique du Conseil municipal.

Céline Deschênes, résidente du district de Sainte-Odile, a expliqué que les propriétaires de poules en ville, qui pour le moment « vivent » dans l’illégalité, se sont regroupés en un groupe d’une trentaine de membres. « La Ville tolère, mais nous aimerions en avoir le droit. C’est dommage d’investir de l’argent et de recevoir une lettre de la ville nous disant de se départir de nos animaux. Ce n’est pas pour faire de la reproduction, c’est un animal de compagnie au même titre qu’un chat ou qu’un chien. Nous aimerions que les poules pondeuses puissent avoir le même droit. J’en avais parlé à l’époque du maire Forest et avec vous, mais ça ne bouge pas. »

Un deuxième citoyen a pris la parole, Éric Tremblay, qui s’est présenté comme étant le fondateur d’un groupe prônant la légalité des poules urbaines à Rimouski sur les réseaux sociaux : « Je vais suivre le dossier, j’aimerais que cela débouche sur une réponse favorable. »

Réticences

Le 19 février dernier, en même temps que le conseil présentait son projet de règlement sur les petits animaux, le maire de Rimouski, Marc Parent, avait expliqué qu’un règlement concernant la garde des poules en dehors des milieux agricoles devait être présenté dans les prochaines semaines. Aucun réglement n'a été promulgué pour le moment.

Le maire de Rimouski a expliqué que le dossier des poules urbaines a récolté quelques appuis autour de la table du Conseil, mais que certains dossiers prioritaires ont pris le pas sur celui des poules : « On veut un dossier bien monté qui va répondre aux attentes et préoccupations de tous, car si certains sont en faveur des poules urbaines, d’autres sont réticents par rapport aux odeurs, la présence de mouches, le bruit excessif. On veut aller de l’avant avec une proposition de règlement et j’ai bon espoir qu’au printemps 2019, le conseil aura pris une décision dans le dossier, à savoir si on va de l’avant avec une règlementation permettant les poules pondeuses et si oui, dans quelles circonstances. »

Sur le site Web de la Ville de Rimouski, il est effectivement inscrit noir sur blanc qu’il est permis d’avoir des coqs ou des poules en zone agricole seulement. La Ville y invite même les citoyens qui constatent la présence de coqs ou de poules chez un particulier à formuler une plainte.

À côté de Rimouski, la Ville de Mont-Joli a autorisé  l’élevage de poules dans les limites de son territoire urbain en 2016.

Éric Tremblay

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Éric Tremblay a aussi pris la parole en faveur des poules urbaines à Rimouski.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média