Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

15 janvier 2019

Réal-Jean Couture - rjcouture2018@gmail.com

L’Océanic sur la route pour 4 matchs en 5 soirs

Serge Beausoleil

©Sylvie Brisson - L'Avantage Rimouski

Serge Beausoleil n'a pas évité de commenter le match de samedi contre Victoriaville qui est effectivement le prochain adversaire de son équipe pour une dernière fois cette saison.

C’est sans le défenseur Christopher Inniss que l’Océanic de Rimouski, au 6e rang de sa conférence, entame mercredi un voyage exigeant, avec 4 matchs en 5 jours, tous sur la route, à savoir à Victoriaville, Blainville-Boisbriand et Gatineau pour deux matchs.

Inniss a été blessé samedi dans le match contre les Tigres de Victoriaville et ne s’est pas entraîné cette semaine et on en saura plus dans quelques jours quand on peut croire en un retour au jeu. Bien sûr, la nature de cette blessure n’a pas été confirmée.

Il y a 8 points de classement en jeu dans ce voyage et le classement est tellement serré que tous les points de classement sont précieux et sont vendus à haut prix, que les adversaires soient devant ou derrière l’Océanic au classement.

Le revers d’ailleurs de samedi de l’Océanic contre les Tigres de Victoriaville a coûté cher, l’Océanic perdant une position au classement. Ce sont les Screaming Eagles du Cap Breton qui ont profité du revers de l’Océanic pour passer devant. Sauf que l’Océanic a un match en mains sur les Aigles.

La formation de Serge Beausoleil donc est à Victoriaville mercredi soir avant de visiter l’Armada à Blainville-Boisbriand vendredi soir de même que les Olympiques à Gatineau samedi et dimanche. Une commande de premier niveau. Il est certain que l’équipe voudrait bien revenir avec les 8 points de classement qui sont sur la table.

Nous sommes habitués à Serge Beausoleil qui en est à sa 8e saison derrière le banc et nous connaissons bien son discours quant à vivre le moment présent, de se préparer pour un match à la fois. Mais la situation de l’Océanic suggère de lui demander comment il entrevoit ce week end de 4 matchs en 5 jours. À savoir un week end très demandant.

Mais le Nic en chef a esquivé la question. « J’évite d’aborder ça de cette façon. C’est monstrueux de dire à ses joueurs ‘vous allez jouer 4 en 5 dans les 5 prochains jours’. On joue un match mercredi et je pense qu’il faut cibler ça comme préparation. Après, on a la journée de jeudi pour voyager, se rendre à Blainville et vendredi ne sera pas un match plus facile. Des fois, l’Armada a de moins bons matchs et des fois des excellents. Il faut être prêt pour les excellents et on fera ce qu’on a à faire. Et Gatineau, c’est loin physiquement et c’est loin au niveau de ce voyage-là aussi. »

 

Océanic de Rimouski

©Océanic - FolioPhoto

Jeffrey Duroche (93) a eu ses chances contre les Tigres samedi. Il voudra certes réussir à marquer demain soir à Victoriaville.

LE MATCH DE SAMEDI CONTRE VICTORIAVILLE

Quant à l’état d’esprit de l’équipe, après ce qu’on a vu en fin de semaine, « les gars sont pleinement conscients de ce qu’ils ont bien fait, de ce qu’ils ont moins bien fait. Il est très certain que de jouer une 3e période de façon aussi intense qu’on l’a fait – on joue contre un club qui joue à 4 et à 5 à la ligne bleue, qui pacte l’enclave y créant un surnombre et qui attend les rebonds favorables sur des flips en zone neutre – il faut donc jouer une game de patience, ne pas s’impatienter là-dedans. Je pense qu’on est capable de mieux faire que ce qu’on a montré dans le dernier match. »

Quant à savoir s’il y a de plus en plus d’équipes qui offrent ce style de jeu contre l’Océanic, Serge Beausoleil indique que « ça, c’est du hockey de la Ligue nationale de bas de classement. Les clubs qui ont moins d’offensive vont refermer l’enclave, évitent de donner des surnombres, mettent des rondelles à l’extérieur de leur zone par les airs et c’est la nouvelle façon de jouer. Bien franchement, c’est navrant et c’est le jeu qu’ils doivent jouer en ce moment, j’imagine. »

Au fond, ce qu’on indique de la part de ces équipes est qu’elles ont un plan de match qui montre qu’elles jouent de manière hermétique, on joue fade et on espère de capitaliser soit sur un avantage numérique, ou encore sur un surnombre grâce à une rondelle mise en zone neutre. Quant au match de samedi, Serge Beausoleil invite à ne pas focaliser sur le résultat. « Il y a des choses que nos gars ont bien faites et des choses qu’on a moins bien faites et les gars sont parfaitement au fait de ça. Je ne pense pas qu’on ait mal paru dans ce match-là à 43-15 les lancers. »

Au fond, arguant que Victoriaville, sur la route, ne se préoccupe pas de l’image donnée aux spectateurs de Rimouski, joue pour aller chercher deux points « et cela a marché, cette fois-là. On verra demain comment ça va se faire. Les gars vont être mieux préparés. »

Comment se libérer de cette situation qui menotte littéralement l’adversaire ? « Il faut accepter de jouer ce jeu de patience-là. Les surnombres qu’on a donnés sont sur des revirements, sur des rondelles qu’on a jouées de façon risquée, un échec avant non structuré. Nous étions moins appliqués sur certaines choses, on s’impatiente de marquer un but, on délaisse notre positionnement et ça, ça amène des ouvertures, parce que lorsque tu es bien positionné, il arrive de belles choses. Et c’est là qu’on a été pris trop souvent avec 3 ou 4 gars le long des rampes. »

PROLONGATION… « Christopher Innis est à l’écart du jeu cette semaine. On attend d’autres examens pour voir si c’est plus sérieux ou moins. Je pense que c’est moins sérieux, mais on va toucher du bois » explique Serge Beausoleil. Il n’est donc pas du voyage, étant à l’écart du jeu pour la semaine… Il y avait quelques temps que l’Océanic  ne comptait pas de clients à son infirmerie et la perte de Inniss est importante, considérant qu’il était au top 4 des occupants de la ligne bleue de l’équipe… Cette absence permettra notamment à Zachary Massicotte de se faire remarquer, comme il sait le faire depuis le début de la saison, sans oublier que le jeune Eliott St-Pierre pourrait aussi voir de l’action… Plusieurs ont retenu leur souffle cet avant-midi, pendant l’entraînement alors que Anthony D’Amours et Cédric Paré, certes pas les plus petits de l’équipe, sont entrés sévèrement en collision que ni l’un ni l’autre n’a vu venir. Ils sont demeurés étendus sur la glace un long instant, mais tout semble indiquer qu’il y aura eu plus de peur que de mal, quoique ce fut douloureux… Chez les amateurs, plusieurs commencent à s’interroger sur la première ronde des séries avec cette nouvelle méthode de se référer à un classement par conférence au lieu du classement général qui n’a maintenant d’importance que le Trophée Jean-Rougeau, au champion de ce classement…

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média