Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Football

Retour

01 février 2019

René Alary - ralary@lexismedia.ca

Paulin Gaudreault fait ses adieux aux Pionniers et à Rimouski

Paulin Gaudreault

©Archivs

Paulin Gaudreault

C’est avec émotion et nostalgie que le recruteur en chef des Pionniers du Cégep de Rimouski en football, Paulin Gaudreault, est venu saluer ses collaborateurs des 17 dernières années.

En décembre dernier, il apprenait que ses services ne seraient plus requis, l’équipe optant pour l’embauche d’un entraineur à temps plein qui prend en même temps la lourde responsabilité du recrutement. Gaudreault a d’ailleurs remis à Kevin Nichols ses dossiers de recrutement vendredi après-midi. Demain (samedi), il saluera « ses » joueurs une dernière fois lors d’un entrainement intérieur à Rivière-du-Loup.

« J’ai été impliqué dans les deux premières saisons (2002 et 2003) et je suis revenu en 2007 jusqu’à aujourd’hui, soit dans 13 des 17 saisons de l’équipe. Je conserve d’excellents souvenirs des 17 années associées au Cégep, à l’Institut maritime, aux Pionniers football et aux Pionnières hockey pour qui j’ai eu des missions de recrutement. Mon regret principal est de ne pas avoir pu offrir un Bol d’Or aux partisans rimouskois. C’était exceptionnel ce qu’on pouvait vivre comme émotions sur les lignes de côté. Ça aurait été le fun d’avoir une parade sur la rue Saint-Germain. » Lors des six dernières années, la route des Pionniers s’est arrêtée en demi-finale.

Il quitte le cœur gros. « Il y a de la tristesse, c’est certain. La direction a pris une voie différente en ramenant un entraineur-chef à temps plein estimant améliorer leurs chances de gagner le Bol d’Or. C’est leur choix et je leur souhaite le meilleur des succès. »

Originaire de Victoriaville, il était impliqué dans le football là-bas quand il a reçu l’appel du président de l’équipe, Louis Khalil. Il estime que le programme des Pionniers a fait école en 2002. « Le bassin de joueurs était quasi inexistant à l’époque, mais Rimouski a été très innovateur en créant une corporation qui s’est donné des ressources, notamment pour le recrutement. Ils ont été les premiers à engager un entraineur-chef à temps plein, un modèle qui a été repris partout. » 

Gaudreault se souvient de son premier joueur « signé » avec les Pionniers. « Il s’agit du quart-arrière Jean-Philippe Michel de Victoriaville. Il souhaitait entrer en techniques policières. Il est le premier joueur que j’ai rencontré et le premier qui m’a dit oui. Il a joué quatre ans pour les Pionniers. Il a épousé une femme de Rimouski et habite toujours ici avec sa petite famille. Il est travailleur social et s’est impliqué avec les Sélects du Paul-Hubert durant plusieurs années. C’est un peu ça les retombées du programme des Pionniers. Il y a plein de joueurs qui sont venus ici pour le football qui ont pris racine et qui sont demeurés ici. Des histoires comme celle de Jean-Philippe, il y en a plusieurs.

Va-t-on le revoir dans le football ? « Certainement, mais je ne suis pas pressé de m’engager à court terme. Je vais prendre le temps de décanter tout ça. » Le téléphone n’a d’ailleurs pas tardé à sonner à l’annonce de son départ des Pionniers.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média