Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 février 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Un centre équestre controversé dans Sacré-Cœur

Jocelyne Minville

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Jasmine Minville lors de la séance publique du Conseil municipal lundi soir.

Des citoyennes se sont opposées au projet de construction d’un centre équestre dans Sacré-Cœur lors de la séance publique du Conseil municipal de Rimouski, qui s’est trouvé lui-même divisé lors d’un vote sur le projet ce lundi soir.

Jasmine Minville et Martine Roy, toutes deux résidentes de la rue de Lausanne dans le district, ont exprimé de grandes inquiétudes face à l’implantation de ce projet dans leur voisinage. Leurs principales préoccupations concernent un éventuel manque d’eau, une contamination de l’eau et le dérangement dû à la circulation. « Il n’y a eu aucune hydrogéologique menée, on ne sait pas vers où l’eau circule. Que va-t-on faire quand on va manquer d’eau ou qu’elle sera contaminée ? La rue qui va mener vers ce centre récréotouristique est à 50 pieds de ma maison, ça voyage. J’ai investi tout l’argent que j’avais gagné dans ma vie, quelle va être la valeur de ma maison pour donner en héritage à mes enfants ? »

Martine Roy

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

La citoyenne Martine Roy

Des inquiétudes similaires avaient déjà été soulevées lors d’une séance publique le 5 juin dernier. « Le processus a été analysé par un groupe d’experts qui a conclu que le projet était recommandable. Certains citoyens ont fait part de préoccupations entre autres en lien avec l’eau potable, de difficultés d’approvisionnement en eau dans les puits de surface. M. D’Astous est retourné à la table à dessin et a soumis un projet modifié tenant compte de certaines de ces préoccupations. Selon nos recommandations, la construction d’un puits en profondeur n’aura aucun impact sur les nappes », explique le maire de Rimouski, Marc Parent.

M. Parent affirme qu’il s’agit d’un projet personnel de M. D’Astous : « Ce n’est pas un projet commercial, c’est un projet privé d’un propriétaire. Il a décidé d’acquérir une propriété sur des terres agricoles pour y aménager une écurie. »

Le conseil divisé

Les conseillers municipaux se sont également montrés divisés sur la question. Cinq ont voté contre, Sébastien Bolduc, Jennifer Murray, Cécilia Michaud, Gregory Thorez, Virginie Proulx, et cinq ont voté pour, Rodrigue Joncas, Jacques Lévesque, Karol Francis, Simon Saint-Pierre et Dave Dumas. Jocelyn Pelletier était absent. Le maire a tranché en se prononçant en faveur du processus en cours.

M. Parent a expliqué que le conseil n’avait toutefois pas encore décidé d’accepter ou de refuser le projet : « Ce soir, le Conseil a décidé majoritairement de poursuivre un processus légal dicté par la réglementation sur l’aménagement du territoire, qui donne l’opportunité à un demandeur et à un défendeur de se prononcer selon des critères bien établis. Il y a toujours une possibilité qu’il soit arrêté par une décision de M. D’Astous ou par un certain nombre de signataires. »

La population du secteur a jusqu’au 21 février pour déposer une signer en vue d’une demande de registre sur des éléments susceptibles à approbation référendaire auprès du service du greffe de la ville. Si le nombre de signatures requis est atteint, un registre sera ouvert, et si suffisamment de signatures sont alors enregistrées, le conseil municipal pourra décider de la tenue d’un référendum sur le projet.

Commentaires

5 fvrier 2019

steeve

Encore les mèmes qui empêchent tout. Ils préfèrent un garage, un tim ou un terrain de golf. C'est quoi le problème ? C'est bien des chevaux

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média