Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

05 février 2019

Beausoleil apprécie le 3e quart de la saison de l’Océanic

Serge Beausoleil

©Sylvie Brisson - L'Avantage Rimouski

Serge Beausoleil apprécie la prestation de l'Océanic, dans ce 3e quart de saison qui vient de se terminer.

N.D.L.R. – Serge Beausoleil, entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski pour une 8e saison de suite, se prête, comme après le 1er quart et le 2e quart de la saison, au jeu des questions / réponses avec l’AVANTAGE et L’AVANTAGE EN LIGNE. Voici la 1re partie de cet exercice, au terme du 3e quart de la saison.

Après un premier quart de 8-8-1-0 et un 2e quart de 13-3-1-0, voici l’Océanic avec un 3e quart de 13-3-1-0. Voilà un palmarès qui sourit à l’entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski, alors qu’il s’empresse d’en donner le crédit aux joueurs.

« Ça me sourit. Je suis satisfait de la façon avec laquelle on joue. Je suis conscient que le mois d’octobre a été le plus difficile et c’est bien correct de même. Ça fait partie de l’apprentissage. Les gars sont réceptifs dans le moment et on ne les lâche pas. Je puis vous assurer que ce n’est pas parce qu’on joue bien dernièrement, qu’on accumule les victoires, qu’on leur dit qu’ils sont beaux et qu’ils sont fins. Il faut continuer de les challenger, continuer de les pousser. On les aime beaucoup et on continue de les challenger » de préciser le Nic en chef qui confirme qu’il n’y a pas de zone de confort à proximité pour l’équipe.

Il faut savoir qu’au terme du dernier week-end, 8 des 18 équipes du circuit avaient atteint les 51 matchs pour un 3e quart de saison complété. Il reste donc 17 matchs à jouer, dont 9 à la maison en 6 semaines. Première réflexion du Nic en chef sur cette saison à ce jour…

Publicité

Défiler pour continuer

« Nous avons eu un calendrier qui n’était pas évident de sorte que j’apprécie que l’on puisse jouer à la maison. Ce que je veux est de ramener à la maison cette énergie que nous montrons sur la route. C’est curieux comment les années se suivent et ne se ressemblent pas nécessairement. On n’a pas un vilain dossier, ceci dit, à la maison. Mais l’an passé, ce fut tellement exceptionnel qu’on a souffert de la comparaison. Mais quand on se compare dans la ligue, on a un très bon dossier à la maison. Ultimement, il faut juste contextualiser les choses.

Après le 2e quart, l’Océanic affichait une réussite de ,647 comparativement à ,500 au 1er quart. Après le 3e quart, cette moyenne est de ,696. Il y a là un gros élément de satisfaction ?

« Nos chiffres sont bons, autant en avantage numérique qu’en désavantage numérique, on affiche 34 victoires et sommes sur une séquence de 9-1-0-0 dans les 10 dernières parties. Je ne te cacherai pas que notre désavantage numérique gagne des matchs en ce moment. Il est normal aussi que notre avantage numérique souffre des bons désavantages numériques dans le circuit. Tout le monde a développé des joueurs, tout le monde est meilleur et c’est toujours plus difficile de marquer des buts que d’en empêcher. On sait sur quels clous il faut frapper en ce moment et c’est important de continuer de travailler sur la cohésion de l’équipe. »

Océanic vs Chicoutimi

©Océanic - FolioPhoto

Le 4e quart de la saison s'amorce mercredi soir contre Chicoutimi contre qui l'Océanic a un dossier de 1-3 cette saison.

Au classement général, Rimouski (71) est au 5e rang dans une course dans le moment qui le concerne plus à l’endroit des suivants que sont Cap-Breton (66) et un match en mains, Charlottetown (63) avec  2 matchs en main. Toujours pas de zone de confort pour l’équipe de toute une région…

« Quand on gagne nos matchs, on est maître de notre destinée. On n’a pas à se comparer. C’est là que c’est intéressant d’analyser le classement. Mais il faut continuer de travailler sur ce qu’on peut contrôler en ce moment et de laisser faire les autres. Les clubs qui nous suivent de près sont de très bonnes équipes. Cap-Breton est 8-1-0-1 à ses 10 derniers et il est 5 points derrière nous avec un match en mains. Ça veut dire qu’on joue du bon hockey. Nous nous sommes rapprochés à 6 points de Baie-Comeau qui est tout feu, tout flamme. Je pense qu’il faut continuer de travailler sur les choses qu’on contrôle. »

Rimouski présente une fiche très honorable de 18-5-3-0 sur la route. Seuls les clubs de Halifax et Rouyn-Noranda en comptent plus avec 21. Commentaire ?

« Il est clair que dans les matchs qui restent sur la route, il y en a 4 en Abitibi et c’est le prix à payer quand on va dans cette région. C’est le dernier long voyage qu’on fait. On va le faire. Cette semaine, nous avons deux matchs importants à jouer, y compris une Classique Hivernale qui est toujours un évènement intéressant pour les joueurs et pour toute l’organisation et en même temps, ça amène une autre dimension à ce sport qu’il n’avait pas auparavant. »

Rimouski, quoiqu’on en pense, n’est pas si mauvais à la maison, avec 16-9-0-0. Sauf qu’on y est en déficit de trois victoires face à un objectif minimal de ,750. Objectif pour le 4e quart de saison ?

« Je n’avais pas mis de chiffre sur la table en début de saison, n’ai jamais souhaité en chiffres un ,750 mais je souhaite de toutes les amasser, les parties à domicile. Mais je dirais qu’à domicile parfois, les gars essaient de trop en faire. On fait de très bonnes choses, on est moins mordant dans nos 1re période. Mais bon an, mal an, quand on a les devants après une période cette saison, je pense qu’on a 2 défaites en 26 ou 27 matchs, c’est dire qu’on a beaucoup de bons départs. Il faut éviter de généraliser, mais je te dirai qu’on peut mieux jouer encore à la maison. On peut mieux jouer dans tous les aspects. La semaine dernière, nous étions sur la route et n’avons donné que 10 chances de marquer à Chicoutimi et 9 à Québec. Il faut que je commence à dire que c’est satisfaisant comme chiffres. »

Océanic de Rimouski

©Océanic - FolioPhoto

L'équipe, ce n'est pas que ceux qui sont sur la glace dans un match, mais aussi ceux qui sont derrière le banc. Un concept toujours mis de l'avant par l'entraîneur-chef.

Il n’en demeure pas moins que si, à la maison, les joueurs se limitent plus aux choses simples que de vouloir donner un spectacle aux amateurs, la fiche à la maison serait meilleure ?

« Nos amateurs, nos fans nous aiment et on les aime. Mais des fois, d’essayer de trop en faire et de faire des jeux qui vont faire ‘les jeux de la semaine’ alors que l’efficacité gagne les matchs. Pas ‘les jeux de la semaine’. »

Rimouski est toujours 2e en avantage numérique avec 28,3 % d’efficacité, derrière Baie-Comeau à 28,8 %. Rimouski siège dans le top 5 avec les 4 équipes leaders au classement général. Considérant les difficultés en cette matière, que pense Serge Beausoleil à ce sujet pour le 4e quart ?

« En désavantage numérique, on est 3e à 82,6 %. En avantage numérique, on est 2e et dans les buts contre, il y a beaucoup de choses que les gars font bien et nous sommes 2e dans le circuit. Nos unités spéciales sont donc dans le Top 3, les buts contre dans le Top 2 et dans les buts pour, on est 5e avec 212 buts. Ce sont des chiffres intéressants. On voit qu’on travaille dans le bon sens et le bon sens est d’arriver dans les séries fin prêt et d’être un adversaire redoutable. »

Voilà pour la 1re partie de l’entrevue sur le 4e quart. La suite jeudi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média