Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

05 février 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Le recours aux travailleurs étrangers de plus en plus nécessaire en agriculture

Colloque animal

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Une partie des producteurs assistants à la conférence sur les travailleurs étrangers, y compris le président de l'UPA du Bas-Saint-Laurent. Gilbert Marquis, debout au fond.

La pénurie de main-d’œuvre étant de plus en plus présente en agriculture, le recours aux travailleurs étrangers est de plus en plus nécessaire, même dans les régions comme le Bas-Saint-Laurent.

Conscients de la situation et des besoins des entreprises, les organisateurs de la Journée laitière, bovine et ovine qui se tient ce mardi à l’Hôtel Rimouski ont invité le coordonnateur du service à la clientèle chez FERME Québec, Chrystian Couture, à présenter une conférence sur le sujet et à répondre aux questions des producteurs agricoles présents.

« Le recours aux travailleurs étrangers peut faire la différence entre une entreprise en croissance et une entreprise condamnée à la stagnation », mentionne celui qui a expliqué les règles à suivre pour embaucher et héberger un ou des travailleurs étrangers.

« Les travailleurs étrangers sont d’abord des êtres humains. C’est sûr qu’il y en a des meilleurs que d’autres, mais ils sont généralement très efficaces, car ils veulent revenir l’année suivante. Ils sont travaillants et dévoués et ils commencent la journée avec le sourire. En retour, le producteur doit fournir l’hébergement et des commodités. Pour éviter que le travailleur s’ennuie, je recommande de lui donner un accès à une ligne Internet Wi-fi afin qu’il puisse parler avec sa famille par Skype ou suivre les nouvelles de son pays », dit-il.

FERME Québec travaille en collaboration avec l’UPA pour encadrer le recours aux travailleurs étrangers avec les producteurs. Pour les faire venir et s’assurer qu’ils aient un statut reconnu de travailleur étranger, M. Couture estime qu’il en coûte environ 2 000 $ à l’entreprise, incluant le transport en avion et le permis de travail. « Soyez le plus précis possible dans vos demandes afin qu’on vous propose le bon travailleur. En 2018, 96 % des 14 000 travailleurs autonomes que nous avons fait venir ont complété leur contrat. Aussi 90 % de nos travailleurs de 2017 sont revenus en 2018 », précise M. Couture.

La Journée laitière, bovine et laitière propose également des conférences sur l’usage des antibiotiques, les vaches autonomes, la gestion des boiteries, les alternatives à la sécheresse de 2018, l’alimentation d’un troupeau ovin et les actualités des productions laitière, ovine et bovine. La même journée sera reprise mercredi de 9 h à 16 h à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup pour les producteurs de l’Ouest du Bas-Saint-Laurent.

Chrystian Couture

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Le coordonnateur du service à la clientèle chez FERME Québec, Chrystian Couture.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média