Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

07 février 2019

La fracturation hydraulique et la démocratie

La pétition lancée le 12 octobre dernier par le groupe citoyen Prospérité sans Pétrole, signée par plus de 6 200 personnes, m’interpelle directement en tant que démocrate.

Cette pétition, comme vous le savez probablement, demande à M. Parent de respecter son engagement électoral d’interdire la fracturation hydraulique sur notre territoire1.

Le 16 octobre dernier en onde à radio Canada, M. Parent avouait que la résolution concernant le développement des hydrocarbures adoptée en avril dernier par la ville de Rimouski avait reçu de la part du gouvernement du Québec une fin de non-recevoir. Nous apprenions aussi que le conseil de ville de Rimouski avait déjà franchi les limites de ses pouvoirs en présentant cette résolution.

Demander à nouveau à Québec d’interdire la fracturation sur notre territoire pourrait être lourd de conséquences, selon M. Parent. Le 18 octobre dernier encore, dans un article paru dans le journal L’Avantage, M. Parent a fait un aveu d’impuissance en affirmant que la ville de Rimouski avait, dans le dossier de la fracturation hydraulique, les mains liées et qu’elle ne pouvait plus rien faire pour le moment. Nous comprenons donc que notre maire doit faire face à des réalités politiques contraires aux principes démocratiques. C’est en ce sens que cette pétition révèle les graves déficits démocratiques de notre système politique.

Pour le démocrate que je suis, il est pénible d’écouter notre représentant politique le plus direct nous convaincre que les municipalités du Québec n’ont plus aucun pouvoir dans ce dossier alors que ce n’est pas le cas. Nous avons vu récemment le pouvoir des municipalités lorsqu’elles se sont massivement opposées aux projets Énergie Est. Alors qu’elles n’avaient, soi-disant, aucun pouvoir, car ce projet était de compétence fédérale, elles ont réussi à faire entendre leur opposition et celle des citoyens si bien que la compagnie a décidé d’annuler le projet.

Si la ville de Rimouski a les mains liées dans ce dossier, comme nous l’affirme M. Parent et certains de ses conseillers, comment se fait-il qu’ils aient refusé, en juin dernier, d’appuyer la démarche de plusieurs municipalités du Québec visant à se tourner vers la cour supérieure du Québec pour obtenir une meilleure législation en matière de protection de l’eau potable4 ?

Pourquoi encore, le 8 novembre dernier, la ville de Rimouski a-t-elle refusé de soutenir le projet de portée internationale des Communautés bleues qui nous permettrait de mieux protéger notre eau?

Mêmes si nous comprenons la réalité politique avec laquelle M. Parent et le conseil de ville de Rimouski doivent composer, nous croyons qu’ici les enjeux demandent un véritable courage politique. Nous attendons de nos élus qu’ils soient au service de la démocratie et du bien suprême de la communauté, peu importe les pressions qu’ils subissent. Nous attendons aussi d’eux qu’ils informent la population au sujet des éventuels chantages qui s’exercent sur eux, ceci pour qu’ils ne soient plus seuls face aux problèmes et pour que nous puissions trouver des solutions de manière démocratique et transparente.

Pour finir, ce que M. Parent et son administration devraient comprendre, c’est que leurs positions d’élus du peuple ne constituent pas une carte blanche et qu’ils sont avant tout comptables devant les citoyens de Rimouski.

Jérôme Motard, Bic

Commentaires

9 fvrier 2019

J.F. Lafleur

Tiens un autre qui a réussi à faire rouler son automobile avec de l’eau ou peut-être des résidus forestiers.

18 fvrier 2019

jerome motard

Tiens un autre qui sera surpris d'apprendre que le conseil municipal de Rimouski vient d'interdire la fracturation hydraulique chimique sur notre territoire. Nul besoin M lafleur de remercier les citoyens qui se mobilisent depuis des années pour protéger notre territoire et l'avenir des générations futures, vos enfants le feront pour vous.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média