Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

11 février 2019

Cathédrale de Rimouski : retour à la case départ

Par Gilles Lechasseur

©Photo TC Media – archives

La cathédrale de Rimouski est fermée au public depuis près de quatre ans.

« De l'aveu même de Mgr Marc Pelchat, ce dernier n'a pas accompli le rôle de médiateur que lui avait confié le Nonce apostolique via l'archevêque de Rimouski. Il aurait joué un rôle de conciliateur et de conseiller. Une véritable médiation se conclut par un accord, un consensus liant les parties concernées, ce qui n'est évidemment pas le cas à la lecture de son rapport du 30 novembre 2018.  Le même temps aurait dû être utilisé par une firme indépendante spécialisée en ce domaine. On revient à la case départ comme si aucune réflexion ni aucune action n'avaient eu lieu depuis plus de quatre ans. Comme si personne n'avait proposé un projet réaliste pour sauver l'édifice.

Malgré ce constat, on peut dire que l'exercice aura eu le mérite de faire incliner l'archevêque à prendre la décision de conserver la cathédrale comme siège épiscopal et lieu de culte en conformité avec les désirs de la population. Au chapitre de l'affirmation de soi et de la capacité de prendre des décisions, c'est un pas dans la bonne direction pour lequel je le félicite.

Cette décision demeure malheureusement assortie de la mise en place d'un long et complexe processus d'évaluation à multiples volets sur l'actualisation d'un projet de transformation de la cathédrale qui nécessitera plusieurs millions de dollars. Voilà plus de quatre ans que l'évêché tergiverse et multiplie les stratégies pour se défaire de la cathédrale. Le passé garant de l'avenir laisse reluire une faible lueur d'espoir devant nous quant à la réussite de son projet.

L'évêque annonce déjà qu'il vendra certaines propriétés de la fabrique St-Germain pour financer son projet de modification de la cathédrale. Cette pauvre fabrique, inopérante par la volonté de l'évêque et réduite à l'impuissance, risque de voir ses biens usurpés.  

Dans mon premier article daté du 7 août 2016, intitulé "La Cathédrale, de la joie à l'inquiétude", je disais: " La question n'est pas la désacralisation de la cathédrale, mais de la réparation ...." " L'archevêque ne devrait pas hésiter davantage à se prononcer clairement. Le temps n'est plus au silence, les travaux urgent. Il faut sans faute éviter le panier de crabes où les intérêts individuels, jaloux de leurs petits pouvoirs, risquent de faire perdurer l'actuel contre-productif tâtonnement". Où en sommes-nous en 2019? La cathédrale continue de se détériorer tout comme les Ateliers St-Louis qui sont abandonnées depuis plus de dix ans.

L'évêque sait mieux que quiconque que la fréquentation de l'église est en diminution constante ce qui nécessite moins de lieux de culte. Cet état de fait milite pour la vente des églises St-Pie X, qu'aimerait bien acquérir la ville de Rimouski, et celle de St-Robert qui pourrait être utile à la Commission scolaire. Ces entrées d'argent, ajoutées à la contribution substantielle de l'évêché et aux dons éventuels des paroissiens, couvriraient amplement les frais de réparation de la cathédrale laquelle pourrait conserver son allure intérieure actuelle quitte à faire quelques aménagements pour faciliter des activités culturelles et communautaires. Il ne serait pas convenable d'attendre une contribution de la ville qui se traduirait par une augmentation du fardeau fiscal des citoyens. C'est à l'évêché d'assumer le coût des réparations de la cathédrale.  D’ailleurs, l’une des recommandations de Mgr Pelchat propose à l’évêque de « compléter le plan d’ensemble touchant l’avenir des églises de la Ville de Rimouski et … ».  Tôt ou tard, il faudra en venir à l’évidence : il y a trop d’églises dans la ville de Rimouski, et si on devait n’en conserver qu’une, ce doit être la cathédrale dans son intégralité.

Dans un scénario réaliste et respectueux des paroissiens, il est à souhaiter que l'évêque annule les décrets qui ont modifié la paroisse St-Germains et qui ont créé la paroisse Élizabeth Turgeon. Qu'il décrète le rétablissement de la seule paroisse St-Germain ayant comme lieux de culte: la cathédrale, Sacré-Cœur et  Ste-Anne-de-la-Pointe-au-Père. »

Gilles Le Chasseur

Rimouski, 10 février 2019

 

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média