Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 février 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Une centaine de réfugiés attendus à Rimouski

Danielle Dufresne

©Archives - L'Avantage Rimouski

Danielle Dufresne, présidente d'Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent

ENTENTE.  Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent (AIBSL) devrait voir la dernière centaine de réfugiés prévue à son entente de deux ans avec le gouvernement arriver à Rimouski cette année. L’organisme poursuivra ensuite de façon permanente la mission rimouskoise de 14e ville d’accueil pour les réfugiés pris en charge par l’État.

L’entente avec le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) implique l’arrivée de 200 réfugiés sur deux ans jusqu’en 2019, avec l’octroi de fonds supplémentaires à AIBSL pour ce mandat. « Nous sommes rendus à mi-mandat. Ensuite, c’est permanent. Nous avons une entente de partenariat avec le Québec, qui compte 14 villes d’accueil dont Rimouski, qui est la dernière en titre. », indique la présidente de l’organisme, Danielle Dufresne.

Les premiers réfugiés sont arrivés en 2017. D’avril à décembre 2017, AIBSL a reçu 47 réfugiés pris en charge par l’État (RPCE) et 62 en 2018, originaires de République démocratique du Congo, du Cameroun et de Guinée. En décembre 2018, AIBSL avait recensé au total 109 personnes réfugiées.

AIBSL fait savoir que pour le moment, 12 personnes ont quitté Rimouski pour s’établir à Québec et Trois-Rivières, majoritairement pour continuer leurs études universitaires dans des domaines d'études qu’ils possédaient avant d’arriver à Rimouski.

Publicité

Défiler pour continuer

Pour répondre au mieux aux besoins des personnes réfugiées comme immigrantes, AIBSL s’est doté, en 2017, d’une organisation en deux volets et compte, depuis juin 2018, cinq employés, une coordonnatrice pour le volet immigration, Mahnaz Fozi, et une autre coordonnatrice pour le volet réfugiés, Chantal Dionne, qui a sous son aile quatre employés.

Un accueil primordial

Mme Dufresne ajoute que la mission d’accueil est primordiale pour l’organisme, axée sur des valeurs de partage, d’entraide, de solidarité : « Nous faisons des interventions individuelles auprès des personnes immigrantes et réfugiées, dans un contexte humain de compassion. Ce sont des personnes qui ont vécu beaucoup de difficultés. Quand ils arrivent, ils sont démunis et vulnérables. Quand on les reçoit, la portion accueil est essentielle. »

L’organisme les accompagne dès leur sortie de l’autobus et compte, pour ce faire, sur un comité de bénévoles impliqués: « On les accompagne pour toutes leurs premières expériences, pour les démarches administratives qu’ils sont obligés de faire dans les 10 premiers jours, la carte d’assurance sociale, de maladie, les examens médicaux, leurs inscriptions en francisation, l’ouverture d’un compte, la première épicerie, la préparation à l’hiver » La partie accueil compte pour six mois à un an. L’organisme s’engage ensuite à accompagner chaque personne pendant cinq ans.

Impliquer la population

AIBSL se dotera d’une nouvelle image et d’un nouveau site Web cette année. L’organisme a par ailleurs adopté une nouvelle politique de communications. « On a le goût d’informer davantage le public, de l’impliquer dans la démarche d’intégration des personnes immigrantes et réfugiées. On souhaite entamer une démarche pour expliquer aux gens que l’immigration, c’est notre affaire à tous. Que quand on voit quelqu’un de mal pris, parce qu’il semble ne pas pouvoir s’exprimer à l’épicerie, pour des prestations de service, à la banque, on peut aller l’aider », indique Danielle Dufresne.

Commentaires

11 février 2019

jean p

Donnez nous donc les usines qui viennent avec. La première chose qu'ils constatent c'est qu'il n'y a pas travail et surtout pas de salaire. En un mot nous vivons de misère.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média