Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

17 février 2019

Des citoyens réclament plus de place dans les comités municipaux

Tempête décembre 2010

©Pierre Michaud-archives - L'Avantage Rimouski

Une scène spectaculaire des grandes marées du 6 décembre 2010.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Le Comité Rimouski en Transition propose une quasi révolution dans les façons de faire de la Ville de Rimouski, pour mieux affronter les changements climatiques.

Le Comité a réuni 80 personnes lors d’une assemblée citoyenne tenue samedi, au Baromètre à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), une réponse inespérée selon un des responsables, Philippe Cousineau Morin, qui ajoute, enthousiaste: « Nous savons que les objectifs sont ambitieux, mais je peux vous dire, pour avoir observé ce qui se passe dans d’autres villes, que je constate une volonté d’engagement peu commune de la part des citoyens de Rimouski. Il y a définitivement un momentum à exploiter pour travailler avec la Ville. Nous avions d’ailleurs quatre élus parmi nos participants, dont des membres du conseil et le député Harold LeBel. »

La quasi révolution consiste à demander à la Ville de Rimouski d’intégrer plus de citoyens et d’experts dans ses divers comités ayant un lien avec les changements climatiques, par exemple, le comité des transports. Ce sujet en est un des nombreux qui ont fait l’objet de discussions, notamment dans les ateliers.

« C’est une des propositions retenues, mais le principal but de la rencontre de samedi était d’abord la mobilisation. Des comités ou organismes et des citoyens qui sont déjà impliqués ont pu mettre à jour leurs actions et partager leurs informations, pour des démarches concertées plus efficaces à l’avenir. Une vigile citoyenne sera organisée. Des sous-comités vont aller plus loin dans différents secteurs identifiés. La mobilisation va permettre de renforcer les initiatives existantes et de fortifier la transition écologique et sociale qui s’impose désormais », précise-t-il.

Délégation

La démarche de ces citoyens a amené la Ville de Rimouski à reconnaître l’urgence climatique, le 19 novembre dernier. « Il est apparu évident qu’il fallait aller plus loin afin de répondre à cette urgence et de mettre en place des solutions pratiques, pour faire en sorte que les engagements pris ne restent pas que symboliques », déclare aussi M. Cousineau Morin.

Le Comité a été créé début décembre 2018, issu de la fusion de Rimouski en transition et du mouvement spontané de la DUC (déclaration d’urgence climatique).

Il est d’abord temps pour les organisateurs de la rencontre de samedi dernier de colliger les commentaires et propositions d’action émises par les participants, mais on peut penser qu’une des suites concrètes sera la formation d’une délégation dont la mission sera de rencontrer les élus pour formuler certaines demandes. Entretemps, une forte présence aux assemblées du conseil municipale continuera de se manifester.

Commentaires

17 fvrier 2019

pierre m.

Non merci. Nous mettons des élus au pouvoir c'est pour administrer. C'est déjà assez difficile comme ça dans les assemblées municipales des grandes villes alors non. Imaginez le bordel. L'exercice démocratique à une limite.

19 fvrier 2019

David Sylvestre

Bravo à la Ville de Rimouski d'être à l'écoute de sa population et de vouloir agir pour préserver l'environnement. Les comités sont là pour ça.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média