Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

20 février 2019

Réal-Jean Couture - rjcouture2018@gmail.com

Les Voltigeurs s’amènent à Rimouski

Le match ne s’annonce pas facile pour l’Océanic

Océanic de Rimouski

©Réal-Jean Couture - L'Avantage Rimouski

Court mais direct et intense comme entraînement cet avant-midi pour les joueurs de l'Océanic de Rimouski.

Avec seulement 11 matchs à jouer en saison régulière, l’Océanic de Rimouski jouera ses 4 prochains matchs à la maison, à commencer par la visite des Voltigeurs de Drummondville demain (jeudi) soir à 19 h 30 au Colisée Financière Sun Life.

Étant 2e de la Conférence de l’Ouest, avec un dossier de 44-10-2-0, à 9 points des meneurs de la conférence, de la LHJMQ et de la LCH, les Huskies de Rouyn-Noranda, les Voltigeurs sont dans une zone de confort exceptionnelle avec 20 points d’avance sur les Phoenix de Sherbrooke, et ce, avec 12 matchs à jouer.

L’Océanic a eu raison des Voltigeurs 4-1 et 4-2 deux fois cette saison et il est clair que les visiteurs voudront profiter du fait que l’Océanic sera privé de deux défenseurs de haut niveau en Charle-Édouard D’Astous (2e match de suspension sur 2) et Jordan Lepage (1er match de suspension sur 2).

Rimouski, faut-il le dire, revient d’une semaine extrêmement éprouvante, de l’avis même de l’entraîneur-chef Serge Beausoleil, mais a pris les moyens pour récupérer en vue de la visite des Voltigeurs. Arrivée vers 06 h 30 lundi matin, les joueurs ont eu congé de glace jusqu’à ce matin, alors que l’intensité a nécessité des points sur les « i » et des barres sur les « t » de la part du Nic en chef, pas toujours satisfait de l’implication de certains.

« On veut plus d’attention aux détails dans le moment. Il reste moins d’une douzaine de matchs, 11 pour être précis. On veut que les gars soient attentifs. Être discipliné, ce n’est pas seulement au niveau des pénalités. C’est au niveau de ce qu’on demande aux joueurs. Quand c’est très clair entre eux dans ce qu’ils doivent faire sur la patinoire, le jeu devient vraiment facile à jouer. Mais quand il y a des joueurs qui sont moins appliqués sur certaines structures, cela devient un château de cartes et ça crée des ouvertures qu’on ne veut pas voir. C’est d’être responsable. C’est carrément ça sur la patinoire et ce matin, il y a des gars qui n’appliquaient pas les directives comme il le faut et il fallait être plus serré là-dessus. »

« On est là pour les pousser, pour leur demander de se surpasser et on ne peut pas développer notre potentiel et aller au-delà de ce potentiel-là si on se satisfait de peu de choses. Mais on est très satisfait avec nos gars parce qu’on les aime » d’insister Serge Beausoleil.

Rimouski a gagné ses trois matchs à date cette saison contre Drummondville. Mais des absents de taille s'annoncent à l'alignement au match de demain soir.

UN RENDEZ-VOUS QUI NE SERA PAS FACILE

Comment l’Océanic envisage le match de jeudi, considérant la force et la fiche des Voltigeurs de Drummondville et la tenue exceptionnelle de Maxim Comtois qui a deux fois un truc du chapeau dans la dernière semaine, et ce, tout en étant privé (Rimouski) de deux de ses meilleurs défenseurs ?

« C’est adressé avec les gars. C’est sûr qu’on est handicapé un peu dans ce match-là, au départ par la perte de nos deux piliers en défensive, mais on reste une équipe de hockey. La nature a horreur du vide et il s’agit pour nous d’arriver et de jouer notre meilleur hockey possible et le plus solide possible en dépit de l’absence de ces deux gars-là. C’est aussi simple que ça. C’est une équipe extrêmement solide de l’autre côté, qui est bien dirigée, qui est bien structurée, qui a du talent à revendre, qui marque des buts à profusion, avec un bon gardien et l’ajout de Joseph en défensive. Il y a là très peu de faiblesses. On a compétitionné avec eux cette année. Je te rappellerai que dans le premier match là-bas, D’Astous est sorti en 1re période. Est-ce que ça s’annonce facile ? Je te dirai que non, ça ne l’est pas. Mais tant mieux, on va y aller pour disputer le meilleur match possible. »

Bien sûr, les Voltigeurs viendront à Rimouski dans l’idée de gagner un premier match cette saison contre l’Océanic. Et il faut reconnaître que les astres peuvent un peu surveiller l’Océanic qui en sera à un premier match local, après un voyage exigeant et décevant quant aux gains au niveau du classement. Voilà une situation qui n’est jamais facile pour une équipe, qu’elle soit de la LNH ou de la LHJMQ, notamment.

« C’est un autre obstacle mental qu’il faut gérer, admet Serge Beausoleil. On est arrivé de l’Abitibi à 06 h 30 lundi matin. Il y a des joueurs qui ne sont pas capables de dormir dans l’autobus, la plupart ronflent dans l’autobus, mais il y en a certains qui ne dorment pas. Et pour ceux qui ne dorment pas, c’est un handicap assez important, parce que 12 heures de voyagement sans dormir et arriver à 06 h 30 le matin, les gars vont à l’école en après-midi. C’est très chargeant. On joue jeudi après avoir eu congé mardi matin et ce matin, ils ont eu une demi-heure d’entraînement. Cela a été très très court, très intense. On va être prêt demain (jeudi). Il s’agit pour nous de retrouver nos jambes rapidement. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média