Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

22 février 2019

L’Océanic de justesse 4-2 sur les Remparts

©Gracieuseté

Jouant un 2e match en 2 soirs, après un match émotif qui s’est terminé en fusillade hier soir, l’Océanic de Rimouski a marqué 2 buts en avantage numérique pour finalement l’emporter 4-2 sur les Remparts de Québec, le dernier but dans un filet désert.

Après avoir dominé la 1re période, l’Océanic a été ralenti au maximum ou presque dans les deux autres périodes, face à une équipe qui a joué du hockey de proximité, limitant les actions des locaux qui n’ont pu trouver le moyen de s’éloigner. En 3e même, on peut parler des gardiens qui ont fait en sorte de maintenir le score à 3-2 jusqu’au filet d’Anthony Gagnon (16e) dans une cage abandonnée, aidé d’Alexis Lafrenière et Cédric Paré. Rimouski aura congé samedi, en préparation pour le match de dimanche contre Moncton qui a remporté la victoire ce soir 3-0 à Victoriaville.

UN MATCH DIFFICILE DIT BEAUSOLEIL

« C’était difficile ce soir. Ç’a été très très difficile. Les gars manquaient d’énergie. Mentalement, je parlais à des zombies. Je suis brûlé ! C’était difficile à coacher. Les gars étaient livides, à part quelques-uns. C’était difficile de recharger. Et si on rajoute le 4 en 5 de la semaine dernière, ça fait beaucoup de matchs rapprochés. Le jour demain va être bénéfique, ça c’est certain. »

Comme les bonnes équipes savent le faire généralement, l’Océanic a trouvé le moyen de l’emporter, nonobstant ce qui a été observé par Serge Beausoleil. « Je pense qu’il faut souligner le travail de Cédric Paré. On aurait dit un homme avec des enfants. Ç’a été de loin notre meilleur attaquant ce soir. Il a joué 17 minutes, ce qui est énorme et regardez à la fin le travail qu’il a fait dans le coin avec D’Amours et Massicotte. Les trois gars ont protégé la rondelle, ont gagné 30 secondes. Il a bloqué le tir ensuite pour orchestrer la descente avec Lafrenière et Gagnon. C’est à l’image de ce match-là. »

Et que dire du travail de Tristan Bérubé en 3e qui a quelques gros arrêts permettant à son équipe de garder l'avance d’un but. « Il a été solide, surtout sur le 4 contre 2 quand D’Astous est tombé sur le bord de la rampe. Il s’est fait mal et cela a donné un gros surnombre et il a fermé le jeu. »

Du style de jeu des Remparts à partir de la 2e, « ils ont bien fait ça, c’est certain. Mais de notre côté, on a eu une gestion de la rondelle au cours de laquelle on avait de la misère à faire deux passes sur le tape. De ça, tu ne cherches pas de midi à 14 heures. Pour un club qui aime profiter de sa vitesse et de ses exécutions, ce soir on était carrément absent. On avait de la misère de ce côté-là. On va pendre les deux points. On va les engranger et c’est important pour nos gars d’aller se reposer. »

PATRICK ROY SATISFAIT… ET PAS…

De son côté, Patrick Roy surfait sur des sentiments contradictoires après le match. « Je suis content de la performance de notre équipe. L’Océanic a sorti fort et nous avons très très bien fait à cinq contre cinq. Ils ont marqué deux buts en avantage numérique, mais en dépit de ça, je trouve qu’on s’est bien défendu et je trouvais d’ailleurs que c’était nous la meilleure équipe à cinq contre cinq sur la patinoire ce soir. «

Par contre, ce qui me fâche beaucoup, ce sont les décisions du juge de lignes à la fin du match. Il y a des reprises vidéo. Alors, il a toujours l’opportunité d’aller en haut et dans deux occasions, la rondelle n’est jamais sortie du territoire dans un et dans l’autre, il n’y a pas de hors-jeu à la ligne bleue lorsqu’on essaie justement de mettre de la pression. Ça, je ne suis pas capable d’accepter ça. Ce sont des décisions d’un juge de lignes qui n’a pas à avoir peur de laisser le jeu se dérouler et s’il y a quelque chose, il n’a qu’à référer en haut (au juge vidéo) et prendre la décision qui a à être prise. Mais sur un jeu serré, il n’a pas à appeler le hors-jeu dans les deux occasions. Quant à moi, cela n’a pas sa place. »

Devant l’observation voulant que son équipe ait joué du hockey de proximité dans les deux dernières périodes, empêchant les leaders de l’Océanic de se démarquer, « c’est exactement le type de hockey qu’on voulait jouer. Et c’est le type de hockey qu’il faudra jouer si on veut avoir une chance de surprendre en séries éliminatoires. » Il faut dire que les Remparts ont utilisé leur vitesse, empêchant les gros canons de l’Océanic de tirer leur épingle du jeu. « Nos gars ont bien joué. Notre échec avant était excellent, en zone neutre on a bien travaillé, on n’a pas donné beaucoup de surnombres et quand on en a donné, on s’est replié de façon exemplaire. Ç’a été une bonne performance de notre équipe et on aurait certainement mérité mieux. On a eu de très belles chances en 3e période, je pense à Chouinard, je pense à Kurashev. Ça aurait pu être des points tournants dans le match. »

DEUX BUTS EN AVANTAGE NUMÉRIQUE

L'Océanic a abordé le match de ce soir sur le même ton que celui d'hier contre Drummondville, nonobstant le fait que les Remparts ont été les premiers à s'inscrire au pointage avec le 16e de la saison d'Andrew Coxhead à 4:23. Puis, une passe de Charle-Édoudard D'Astous à Zachary Massicotte qui laisse partir un très bon lancer que Parker Bowman fera dévier pour son 4e de la saison à 6:06. Et jeu de puissance de courte durée, alors qu'il n'a fallu que 17 secondes à Alexis Lafrenière (34e) qui bat Pagliarulo sur un superbe tir du poignet. Des passes à D'Astous et Zavgorodniy. Les deux équipes écoperont d'une mineure chacune dans la 2e moitié de la période, à 15 secondes d'intervalle, mais sans dommage. Fin de la première: 2-1 pour l'Océanic qui domine 12-6 dans les lancers.

Les Remparts servent une deuxième période de proximité, laissant peu de place aux joueurs de l'Océanic de patiner et de se détacher. Et c'est pendant un jeu de puissance que l'Océanic réussira à doubler son avance, un puissant lancer de Radim Salda (7e) porte le pointage 3-1 avec 8 secondes à faire en avantage numérique. But à 14:48 sur des passes d'Anthony Gagnon et de D'Artagnan Joly. Mais les Remparts ne se comptent pas pour battus. Ne donnant pas d'espace aux locaux, un tir frappe la bande à la droite du but de Tristan Bérubé et Brandon Frattaroli bien placé, en angle, sur réception, marque sans que le gardien puisse réagir, ramenant le pointage à un but de différence 37 secondes après le but de Salda. C'est 3-2 pour l'Océanic. Les Remparts sont 8-7 dans les tirs pour un total de 19-14 Rimouski après 40 minutes.

PROLONGATION… Ne jouent pas pour Rimouski : le joueur suspendu Jordan Lepage, et le joueur blessé Olivier Garneau et le joueur retranché Eliott St-Pierre… Ne jouent pas pour les Remparts : les joueurs blessés Romain Rodzinski et Luke Kutkevicius et les joueurs retranchés Nicolas Sauvé et Adam Gaudreau… Devant le filet pour l’Océanic : Tristan Bérubé pour une 34e présence (15-13-3-0) avec des moyennes de 3,05 et ,905… Devant le filet pour les Remparts : Carmine-Anthont Pagliarulo pour une 21e présence (10-7-1-2) avec des moyennes de 2,41 et ,902… Les arbitres du match d’aujourd’hui sont Jonathan Alarie (8)  et Dominic Tessier (27)… C’est aujourd’hui le 8e et dernier match de la saison entre les deux équipes, Rimouski ayant remporté 5 des 7 matchs à ce jour, dont 7-1 et 5-1 à domicile, après un revers de 5-2 le 28 octobre… Pour les 10 derniers matchs, Québec a un dossier de 4-4-1-1 et Rimouski de 7-3-0-0… Rimouski a une fiche de 18-9-0-0 à domicile tandis que les Remparts sont 11-12-3-2 sur la route… L’avantage numérique de Rimouski est de 28,2 % contre 18,2 % pour les Remparts… Le désavantage numérique de Rimouski est de 80,8 % tandis que celui des Remparts est de 75,7 %... Après le match de ce soir, il ne restera que 6 matchs à domicile cette saison pour l’Océanic et 3 matchs sur la route…

STATISTIQUES DU MATCH

But Remparts             1 – 1 – 0 = 2

But Océanic               2 – 1 – 1 = 4

Lancers Remparts       6 – 8 – 8 = 22

Lancers Océanic         12 – 7 – 9 = 28

Lancers dangereux     10 – 8 Québec

Mise en jeu                 35 – 20 Rimouski

Mise en échec             20 - 20

Jeu de puissance         0 / 23 QUE et 2 / 3 RIM

Assistance                  3 814 personnes

Étoiles : Charle-Édouard D’Astous RIM, Andrew Coxhead QUE et Anthony Gagnon RIM

Multi points Rimouski : Alexis Lafrenière (1-1), Charle-Édouard D’Astous (0-2) et Anthony Gagnon (1-1)

Prochain match Rimouski : dimanche 24 février (local) 15 h 00 vs Moncton

INFORMATIONS… Sondage de la LHJMQ - Quelle équipe remportera le titre de la conférence de l’EST ? Baie-Comeau, Halifax ou Rimouski ? – Les 349 premières réponses poussent Halifax en avance avec 46 % des votes, devant Baie-Comeau 38 % et Rimouski 16 %… Réduction du calendrier : ce dossier chemine dans la tête des hommes de hockey de la LHJMQ. Nous avons interrogé le commissaire Gilles Courteau à ce sujet comme vous avez pu le lire mardi soir dernier sur L’Avantage en ligne.  Autres entrevues à venir sur la question, mais il est clair que ce ne sera pas la saison prochaine, à moins d’une énorme surprise… Calendrier de l’Océanic : l’Océanic recevra le Phoenix de Sherbrooke mercredi soir, avant de visiter Bathurst vendredi soir prochain… 4 matchs à la maison – Par la suite, Rimouski recevra dans la même semaine Shawinigan dimanche 3 mars, Chicoutimi mardi 5 mars, avant de recevoir les Foreurs de Val-d’Or les vendredi et samedi 8 et 9 mars. Enfin, une semaine plus-tard, l’Océanic fermera sa 24e saison à Baie-Comeau pour deux matchs… Six matchs dans la LHJMQ ce soir. Outre le match Québec à Rimouski :

Blainville-Boisbriand 6 Bathurst 4

Shawinigan 3 Val-d’Or 4

Moncton 3 Victoriaville 0

Sherbrooke 2 Gatineau 5

Cap Breton 5 Rouyn-Noranda 7

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média