Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

25 février 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Grande Place : « Le projet ne respecte pas le contrat moral de l’époque »

©Gracieuseté – Esquisse de la présentation de Sid Lee Architectes

La nouvelle résidence pour aînés de Groupe Sélection (au fond à gauche) compte, dans le plan présenté le 20 février dernier, une partie à cinq étages, et une partie à huit étages. Le bâtiment jaune à droite représente l’édifice Place Saint-Laurent, à l'arrière de l'hôtel Le Saint-Germain.

Le Syndicat des copropriétaires de Place St-Laurent affirme que le nouveau projet de Groupe Sélection pour le réaménagement de la Grande Place, bien que fort intéressant à leurs yeux, ne respecte pas le contrat moral de l'époque.

Le projet de développement du secteur de la Grande Place présentée le 20 février 2019. Le bâtiment vert foncé en "U" représente l'immeuble projeté pour la résidence pour aînés ainsi que le marché d'alimentation et des commerces au rez-de-chaussée.

Le Syndicat a tenu une assemblée générale spéciale samedi dernier pour discuter du projet, qui inclut la construction d’une résidence pour personnes aînées pour remplacer la partie vétuste de l’ancien centre commercial, au nord et à l'ouest de l’édifice de Place Saint-Laurent.

Un historique du dossier y a notamment été présenté, en lien avec la servitude de stationnement octroyée à tous les propriétaires riverains, incluant les copropriétaires de Place St-Laurent : « Lors de l'acceptation du projet initial en 2008, il avait été clairement exprimé, par Réseau Sélection et les élus municipaux de l'époque, que la partie restante de la Grande Place ne dépasserait jamais la hauteur actuelle », a fait savoir Georges Le Bel, pour le conseil d’administration du Syndicat, soulignant qu’environ 75 % des membres du Syndicat étaient sur place ou représentés par des mandataires samedi.

Le principal problème est la vue depuis certains condominiums de Place Saint-Laurent, qui serait obstruée par la construction de l’édifice projeté, qui compte, dans le plan actuel, une partie à cinq et une partie à huit étages, avec un rez-de-chaussée accueillant un marché d’alimentation et des commerces.

Selon le projet de revitalisation commerciale et résidentielle du site de la Grande Place présenté en 2008 dans un document dont L'Avantage a obtenu copie par le Syndicat, le projet devait inclure une volumétrie inférieure au plus haut bâtiment existant (projet de 12 étages versus les 14 étages de l’immeuble « Le Saint-Laurent »), une implantation perpendiculaire au Fleuve qui ne cache pas les vues aux résidents de l’immeuble « Le Saint-Laurent » et qui maximise les vues vers le fleuve pour les futurs résidents.

©Gracieuseté

Projet de redéveloppement résidentiel et commercial Juin 2008 revisé Juillet 2008

Un comité formé

L'assemblée a donc décidé de former un comité pour explorer, avec Groupe Sélection et la Ville de Rimouski, des aménagements au projet afin d’en arriver à une acceptation par ses membres. « Ce comité devra faire rapport dans un mois environ à l'assemblée générale. L’assemblée a aussi demandé des précisions sur les plans pour avoir une meilleure idée du rendu final. »

Le président du Syndicat, Benoît Lévesque, affirme avoir démissionné pendant l’assemblée samedi, principalement pour des raisons de santé : « Cela fait près de trois ans que je travaillais sur le projet, j’y ai mis beaucoup d’énergie, de temps bénévole. Après la présentation du projet par Réseau Sélection et voyant l’issue arriver, j’ai décidé de démissionner. »

L'édifice Place Saint-Laurent compte 81 propriétaires. Chacun des 97 propriétiares riverains de la servitude doit donner son accord pour que le projet aille de l'avant.

Commentaires

25 fvrier 2019

Jean L.

La solution serait de les poursuivre pour plusieurs millions de dollars. Les raisons ? Les nombreux retards et les manques à gagner des promoteurs. En plus d'invoquer diverses raisons afin de faire achopper le projet. Tu ne peux pas ternir une ville comme ça sous l'emprise de plus ou moins 100 personnes. Alors une mise ne demeure et par la suite les poursuites. Qu'ils en trouvent des projets et des millions s'ils sont si bons. Cette maudite servitude est abusive et elle doit être débattue en cours. C'est la solution. Encore une fois la ville à mal gérer.

25 fvrier 2019

Michel Turcotte

Petit rafraichissement de la mémoire Il n'y a pas eu d'acceptation initiale en 2008 mais bien une loi spéciale qui vous a forçé la main, loi déposés par Laurent Lessard ex- ministre des Affaires Municipales. Si le projet a changé à l'époque , c'est parce que quelques uns d'entre vous propriétaires riverains avez tout fait pour vous opposer au projet . Cela a duré trois ans et c'est pourquoi le promoteur a remodelé son projet. Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média