Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

07 mars 2019

Les Pionnières visitent Lennoxville en 1re ronde en fin de semaine

Pionnières

©Réal-Jean Couture - L'Avantage Rimouski

Début des séries, 1re ronde, cette fin de semaine avec deux matchs sur la route.

Les Pionnières du Cégep de Rimouski joueront leur 1re ronde des séries éliminatoires du hockey collégial féminin samedi et dimanche à Lennoxville. Une série 2 de 3 qui verra le match décisif, si nécessaire, se jouer à Saint-Fabien le samedi 16 mars.

Les Pionnières ont bien terminé leur saison, l’emportant 3-1 dans leur dernier match, sur la route contre le Collège André Laurendeau. L’entraîneur-chef, Hugues Lebel, a profité d’ailleurs de ce voyage pour avoir de bonnes discussions avec ses joueuses qui ont, nécessairement, bien réagi « L’objectif était clair : nous voulions une victoire en ce dernier match, histoire d’entrer en séries sur une notre positive. »

Mélyna Letendre - Pionnières

©Gracieuseté

L'attaquante Mélyna Letendre est aussi excellente à la défense, où elle pourrait débuter au premier match des séries.

Bonne nouvelle pour cette formation : elle devrait compter sur un alignement complet pour les séries et le personnel d’entraîneurs jongle avec l’idée de laisser Mélyna Letendre à la défense, ce qui donnerait un alignement de 10-6-2.

Les Pionnières ont pris une semaine de congé la semaine dernière et repris l’entraînement cette semaine. « Nous devrons mettre l’emphase sur notre nouveau placement en zone défensive, sans oublier notre échec avant que nous avons modifié dernièrement » indique le coach.

De plus, « au niveau des unités spéciales, notre désavantage numérique a été excellent dans les dernières parties et nous devons trouver le moyen de capitaliser en avantage numérique » d’ajouter Hugues Lebel.

Lennoxville, 2e au classement final de la saison qui se termine, est une organisation solide. Hugues Lebel a beaucoup de respect pour cette formation. « C’est une puissance dans notre ligue et leur groupe d’entraîneurs est vraiment compétent, possiblement le meilleur du circuit. Ce sera à nous de trouver des solutions. »

DÉCEPTION CHEZ LES FILLES

Les Pionnières, qui assurent la promotion et la visibilité de Rimouski dans le circuit collégial féminin depuis maintenant 7 ans, qui ont dû s’exiler à Trois-Pistoles pendant quelques saisons et Saint-Fabien dans les derniers hivers, sauf pour quelques matchs par saison, ont appris qu’elles ne joueront pas leur match de la première ronde au nouveau Complexe Desjardins.

En effet, il semble – selon nos sources – que les Pionnières auraient pu débuter la série avec un 1re match à Rimouski et la suite à Lennoxville. Mais elles se sont vu refuser cette possibilité, ce qui les force à débuter la série avec 2 matchs à Lennoxville en fin de semaine et si un 3e match était nécessaire, il serait joué à Saint-Fabien samedi de la semaine prochaine.

Selon nos sources, la question a été continuelle chez cette équipe depuis deux semaines et les filles ne cachaient pas rêver de représenter leur cégep et l’organisation dans leur ville, Rimouski. Elles croyaient qu’après un exil de 7 ans, à représenter Rimouski au Québec, en Ontario et aux États-Unis, qu’on leur ferait une place au Complexe en fin de semaine.

« Il serait temps d’être accueillies à Rimouski pour de bon » assurent les filles qui espèrent une nouvelle qu’on leur refuse. Seront-elles au Complexe dès la prochaine saison ? La question se pose, l’organisation souhaiterait pouvoir y avoir une place permanente, y compris avec un local pour les équipements, et des heures raisonnables pour l’entraînement.

Hugues Lebel - coach Pionnières

©Gracieuseté

Le coach des Pionnières, Hugues Lebel

Toujours dans l’entourage de l’équipe, les filles chez Pionnières, se demandent si le fait de leur refuser une place dans les nouvelles infrastructures relève du fait que c’est du hockey féminin. D’autant plus que les informations circulent à l’effet que la présumée future équipe collégiale masculine probable – mais non encore acquise – à compter de l’automne 2020 aurait déjà engagé les pourparlers pour une place officielle et permanente au Complexe. Rien pour calmer la frustration d’une équipe féminine en place depuis 7 ans...

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média