Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

07 mars 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Trafic de stupéfiants : Rénald Bérubé et Zachary Dubé remis en liberté

Palais Riki 28 janvier

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Le palais de justice de Rimouski

Arrêtés le 14 février dans le cadre du projet Oursin de lutte au trafic de stupéfiants, Zachary Dubé et Rénald Bérubé sont remis en liberté pour la suite des procédures.

Les deux accusés, représentés par Me Yves Desaulniers, ont subi leur enquête sur remise en liberté la semaine dernière. Le juge de la Cour du Québec, Richard Côté, a accordé cet après-midi la libération aux deux individus, qui devront respecter une série de conditions. Dubé, 21 ans de Rimouski, est accusé de complot, tandis que Bérubé, 57 ans de Saint-Octave de Métis, doit répondre d’accusations de trafic de stupéfiants. Leur retour en cour est prévu le 23 avril pour orientation.

Les dossiers des Rimouskois Maxime Sweeney, 30 ans, et Sébastien Hudon, 37 ans, seront également appelés le 23 avril pour orientation. Leur présence en cour n’est pas requise. Rappelons que les deux accusés avaient renoncé à la tenue de leur enquête sur remise en liberté. Ils demeurent détenus jusqu’à la fin des procédures.

Aussi accusés à la suite la vague d’arrestations survenues dans le cadre du projet Oursin, Florian Aubut, 57 ans de Gaspé et Pierre Brotherton, 40 ans de Gascons, reviendront devant les tribunaux le 13 mars, au palais de justice d’Amqui. Ils sont respectivement accusés de trafic de stupéfiants et de complot.

Projet Oursin

Au total, 32 individus ont été arrêtés dans une trentaine de municipalités du Québec et au Nouveau-Brunswick, le 14 février dans le cadre du projet Oursin. L’Escouade nationale de répression du crime organisé et l’escouade régionale mixte Rive-Nord ont réalisé une série d’arrestations en lien avec plusieurs réseaux de distribution de stupéfiants qui seraient contrôlés par des groupes de motards criminalisés.

« Cette enquête avait pour but de faire la lumière sur une organisation criminelle, communément appelée le « Réseau de l’Est », qui contrôlerait la distribution de stupéfiants le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine », indiquait la Sûreté du Québec dans un communiqué émis le 14 février.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média