Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 mars 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Ottawa accorde une aide financière de 600 000 $ à Technopole maritime du Québec

Noémie Giguère

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

La directrice de Technopole maritime du Québec (TMQ), Noémie Giguère.

Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) a annoncé ce matin à Rimouski l’octroi de 600 000 $ en contribution non remboursable à Technopole maritime du Québec (TMQ) pour les trois prochaines années.

Le ministre fédéral du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez, venu faire l’annonce à Rimouski au nom de DEC, a indiqué que TMQ est un des joueurs-clés de l’innovation : « En deux décennies, le Bas-Saint-Laurent est devenu un vrai leader dans le secteur des sciences et biotechnologies marines, le secteur maritime a littéralement le vent dans les voiles. Je suis ici pour dire on marche avec vous, la région est un terreau fertile propice pour les entreprises innovantes et TMQ est un de ces joueurs clés. »

Le maire de Rimouski, Marc Parent, croit que ces investissements contribueront à maintenir le rayonnement national et international de Rimouski, qu’il qualifie de « Silicon Valley de l’innovation et recherche maritime » : « TMQ a une place capitale nous permettant de rayonner partout au Québec. Des efforts importants ont été faits depuis une quarantaine d’années dans le domaine de la recherche maritime, et on voit aujourd’hui qu’ils portent leurs fruits, Rimouski et la région se démarquent. »

60 membres

L’organisme, qui compte aujourd’hui 60 membres, gère un budget de 800 000 $ par année, incluant les projets spéciaux, selon le vice-président de l’organisme, Martin Beaulieu. « Ces 200 000 $ par année assurent l’opération de base au niveau des ressources humaines. Cela leur permet de ne pas courir, année après année, après le financement d’opération mais de consacrer leurs efforts au financement de projets spécifiques pour les membres. »

La directrice de TMQ, Noémie Giguère, explique que le membership de l’organisme a doublé depuis 2014, et que sa portée est depuis plusieurs années provinciale. « TMQ est un mélange dynamique d’industriels, d’acteurs de la recherche et de l’enseignement, et d’organismes de soutien au développement économique, 55 % des membres sont du secteur privé, de la petite à la très grande entreprise. »

Technopole maritime du Québec

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Martin Beaulieu, le sénateur Éric Forest, le ministre Pablo Rodriguez, Noémie Giguère, Marc Parent et le député de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, Guy Caron

Au-delà de l’aide du fédéral, TMQ peut aussi compter sur l’aide du gouvernement provincial pour des projets spécifiques : « Le membership assure de plus en plus une bonne partie du financement. Par exemple, dans le cadre de MERLIN, le réseau des armateurs et ports du Québec, géré par TMQ, les membres payent un très fort pourcentage des frais d’opération, et des programmes du ministère de l’Économie et du MAPAQ soutiennent l’initiative », précise M. Beaulieu.

L’équipe de TMQ compte quatre membres à temps plein et héberge en plus le directeur du Créneau Ressources, sciences et technologies marines Bas-Saint-Laurent. « Ce sont des gens qui font de la traduction entre l’innovation des centres de recherches ou universités et les entrepreneurs. TMQ est un outil de réseautage entre les centres de recherches, entrepreneurs entre eux. », explique le vice-président.

 

Commentaires

25 avril 2019

Rais kha

Je cherche à m'inscrire au cours de la technologie

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média