Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

13 mars 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Le Bloc québécois mise sur le développement régional concerté  

Yves-François Blanchet (en bleu, au centre) a rencontré plusieurs intervenants et élus régionaux, dont le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé (à sa gauche).

©Gracieuseté

Yves-François Blanchet (en bleu, au centre) a rencontré plusieurs intervenants et élus régionaux, dont le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé (à sa gauche).

De passage dans le Bas-Saint-Laurent lundi et mardi, le chef du Bloc québécois (BQ), Yves-François Blanchet a annoncé qu’il fera du développement régional concerté l’un des principaux chevaux de bataille du parti.

Il était accompagné de Marilène Gill, députée de Manicouagan et responsable des circonscriptions de l’Est-du-Québec, afin de lancer un appel au changement dans la région en vue des élections fédérales d’octobre prochain. « Ottawa traite les régions comme des numéros. Partout à l’est et au nord de Québec, on assiste depuis trop longtemps à du saupoudrage de mesurettes sans vision. Il faut se recentrer sur les besoins spécifiques au Bas-Saint-Laurent et j’ai très confiance que dans les prochains mois, le Bloc va proposer une option beaucoup plus audacieuse pour les gens d’ici », a déclaré M. Blanchet.

Économie régionale

Il estime que l’économie régionale, freinée par le manque de main-d’œuvre, doit être stimulée : « L’assurance-emploi doit couvrir tous ceux qui en ont besoin, aussi longtemps qu’ils en ont besoin. C’est un minimum.  Il faut aussi désenclaver la région pour qu’elle soit facilement accessible aux entreprises, au tourisme, mais aussi pour favoriser la mobilité régionale et inciter les jeunes à garder leur lien avec leur région natale. Ça prend des incitatifs fiscaux pour inviter et retenir les étudiants et les jeunes travailleurs. Et ça prend une voix forte au Parlement pour des investissements en infrastructure ici aussi, pas seulement pour des grands projets en ville. Nous allons présenter des mesures spécifiques pour chacun de ces enjeux en vue de la campagne électorale », a-t-il fait valoir.

Environnement

Mme Gill a annoncé que le Bloc québécois misera aussi sur une perspective régionale de la protection de l’environnement. « Dans des régions comme ici et la Côte-Nord, on paie le prix des changements climatiques. Quand Ottawa investit quatre milliards d’argent des Québécois dans les énergies fossiles en Alberta, comme il l’a fait depuis 2015, le Bas-Saint-Laurent paie en double. D’abord avec l’argent des impôts. Et ensuite, avec les dérèglements qui causent l’érosion des berges, ou avec les dangers liés à la hausse fulgurante du nombre de convois ferroviaires pétroliers qui traversent les municipalités vers le Nouveau-Brunswick. Le Québec veut que son argent lui serve, et surtout pas qu’il lui nuise. Et ce que le Québec veut, le Bloc le veut », a conclu la responsable des circonscriptions de l’Est-du-Québec.

M. Blanchet a rencontré, lors de son passage dans la région, des militants de Rimouski, le Conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent, des militants à Amqui, l'Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent, des militants de Matane, et le préfet de La Mitis et président de l’aéroport de Mont-Joli, Bruno Paradis.

Commentaires

13 mars 2019

gervais fillion

Rien sur du developpement de la route 20,,, Desolant de voir ces gens qui ne veulent pas du developpement economique,,juste du bla bla bla

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média