Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

15 mars 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Les frères André et Francis Bourgoin voient leur enquête sur remise en liberté reportée

Trafic de stupéfiants relié aux Hells Angels

Projet Oursin

©Gracieuseté SQ

Projet Oursin

Prévues ce vendredi à Rimouski, les enquêtes sur remise en liberté des frères André, 41 ans et Francis Bourgoin, 44 ans, de Mont-Joli, deux des 32 individus arrêtés le 14 février dans le cadre du projet Oursin de lutte au trafic de stupéfiants, sont reportées à la semaine prochaine.

Le juge de la Cour du Québec, Richard Côté, a annoncé ne pas pouvoir entendre ces enquêtes pour des motifs personnels. C’est un juge de garde qui le fera la semaine prochaine, probablement le jeudi 21 mars. L’avocat des accusés, Me Richard Guay, se fera représenter par Me Caroline Bérubé pour cette étape. Présente par vidéoconférence cet après-midi, Me Sarah-Julie Chicoine, de Québec, sera présente la semaine prochaine pour le ministère public.

Les deux hommes sont accusés de complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants et recel. Deux nouvelles plaintes ont été déposées à l’encontre de Francis Bourgoin ce vendredi. Me Guay a comparu dans les deux dossiers avec dispense de lecteur des chefs d’accusation qui se rapportent aux stupéfiants. Me Chicoine s’est objectée à la remise en liberté de l’accusé.

Série d’arrestations

L’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) et l’escouade régionale mixte Rive-Nord (ERM) ont réalisé une série d’arrestations en lien avec plusieurs réseaux de distribution de stupéfiants qui seraient contrôlés par des groupes de motards criminalisés, soit les Hells Angels.

Dans le cadre du projet Oursin, les policiers ont arrêté 32 individus dans plus d’une trentaine de municipalités du Québec, de même qu’au Nouveau-Brunswick.

« Cette enquête avait pour but de faire la lumière sur une organisation criminelle, communément appelée le « Réseau de l’Est », qui contrôlerait la distribution de stupéfiants le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine », indiquait la SQ dans un communiqué émis le 14 février.

Les arrestations font suite aux deux phases de perquisitions réalisées au cours du mois de janvier 2019.

En cours d’enquête, les enquêteurs ont procédé à 48 perquisitions dans des résidences et des commerces et ont saisi, notamment :

  • 6 kilos de cocaïne
  • Plus 232 000 comprimés de méthamphétamine
  • Plus de 640 000 $
  • 23 armes à feu longues et de pointe
  • 3 véhicules saisis
  • 8 vestes aux couleurs des Hells Angels

Plus de 150 policiers ont participé à ce projet d’enquête.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média