Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

21 mars 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Guy Caron demeure prudent face aux mesures annoncées pour les agriculteurs

Guy Caron

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Guy Caron

BUDGET FÉDÉRAL. Le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Guy Caron, se montre très prudent quant aux mesures d’indemnisation promises aux agriculteurs dans le budget fédéral mardi.

M. Caron émet des réserves quant aux modalités de distribution des fonds annoncés pour pallier les impacts négatifs des dernières ententes de libre-échange : « J’ai posé plusieurs questions lors du huis-clos du budget, sur l’échéancier de la distribution, mais les fonctionnaires n’en avaient aucune idée. On ne sait pas comment ça va être distribué, et ça pourrait très bien être après les élections. Il y a 2,15 milliards de plus au-delà des 250 M$ distribué, ce n’est pas une compensation mais une subvention à la modernisation. Il y a aussi 1,5 milliard de $ dans une espèce de fonds de protection de la valeur des quotas, mais encore une fois, on a aucun détail. Rappelons-nous que les Conservateurs avaient promis 4 milliards de $ sur 10 ans pour compenser les agriculteurs lors de l’entente de libre-échange avec l’Europe et le partenariat transpacifique et que les producteurs n’ont pas vu une cenne de ces montants. »

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a prévu fournir jusqu’à 3,9 milliards $ aux producteurs de lait, de volaille et d’œufs qui subissent les répercussions de l’accord de libre-échange avec l’Europe (AECG) et du partenariat transpacifique (PTPGP). De ce montant, 2,15 milliards de dollars seraient disponibles pour les pertes de revenu et 1,5 milliard de plus pour un programme de garantie de la valeur des quotas. Les producteurs laitiers ont bien accueilli la nouvelle, mais demeurent eux aussi prudents puisque les modalités de répartition de ce montant demeurent inconnues.

Réseau cellulaire

Guy Caron se dit fortement déçu de ne pas avoir vu de mesure pour favrosier l’accès au réseau cellulaire, mais plutôt pour l’accès à Internet haute-vitesse. « On ne peut pas dire non à de la haute vitesse dans la région, mais les besoins sont criants pour le réseau cellulaire, et les gouvernements successifs n’ont jamais dépensé pour y investir. C’est encore un refus catégorique. »

Il précise que sur 39 municipalités de sa circonscription, 13 ne bénéficient pas ou peu de couverture cellulaire. « La frustration est immense. Les gens ont l’impression qu’ils sont des citoyens de seconde classe. Le Témiscouata a fait un programme intéressant, ils ont établi des bornes à côté desquelles on peut utiliser le Wi-Fi avec son cellulaire. Mais il s’agit d’une solution d’urgence et à court terme. »

Transfert d’entreprises

M. Caron avait également espoir que le gouvernement annonce un changement législatif quant à l’équité fiscale lors du transfert des fermes familiales et des PME. « Si on transfère notre PME ou notre ferme à nos enfants, on paye beaucoup plus d’impôts que si on la transfère à un étranger. C’est inconcevable. J’ai voulu changer ça avec mon projet de loi en 2017, les Libéraux ont voté contre parce que leur ministre des Finances leur avait promis de proposer quelque chose de mieux dans un prochain budget. Trois budgets ont passé depuis, et il n’y a absolument rien sur le transfert intergénérationnel, aucun engagement. »

M. Caron estime pourtant que son projet de loi est essentiel. « Le besoin devient de plus en plus criant d’avoir une équité en la matière. On vit actuellement un virement démographique, où beaucoup de gens partent à la retraite et veulent transférer leurs entreprises. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média